Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Avec l'avènement des réseaux sociaux, les RSSI sont pris de panique. L'ouverture de l'entreprise via les réseaux crée potentiellement des failles, qu'elles soient informationnelles ou physiques. Spam, trojan, social engineering, les portes ouvertes sont nombreuses. Faut-il pour autant interdire l'accès et bloquer le firewall comme le font certaines entreprises ou faut-il contrôler sereinement cette ouverture ?
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (3)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
Ce sujet vous intéresse ? Cliquez ici pour
 en voir d'autres connexes sur la web tv de :
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Fabrice Frossard, Editialis

TechtocTV

Balises.i...
Directeur adjoint de la rédaction Editialis - Intervenant...
Pierre-Michael Micaletti, Ecole de Guerre Economique - Enseignant
Enseignant à l'Ecole de Guerre Economique sur les thémati...
Guillaume Soulet, - ex-Secretaire du Parti Corsaire

- ...
Entrepreneur associatif du web 2.0
Avec l'avènement des réseaux sociaux, les RSSI sont pris de panique. L'ouverture de l'entreprise via les réseaux crée potentiellement des failles, qu'elles soient informationnelles ou physiques. Spam, trojan, social engineering, les portes ouvertes sont nombreuses. Faut-il pour autant interdire l'accès et bloquer le firewall comme le font certaines entreprises ou faut-il contrôler sereinement cette ouverture ?
Related expertises: 
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Francois BADENES: ne pas ouvrir et manager les usages innovants (auxquels les informaticiens ne sont pas formés...) c'est prendre un bien plus grand risque de voir les salariés (notamment les 20-45 ans nés avec l'informatique) poster ailleurs des données de l'entreprise (15 millions de francais sur Viadeo, des milliers de Hub et communautés de pratiques). La sécurité est devenue l'alibi de l'inertie tout cela au nom du controle et d'une vsion infantilisante des salariés : les collaborateurs qui ne veulent rien foutre n'ont pas attendus internet pour cela ;-)) Comment from Vincent Berthelot: bon ben les DSI vont remettre leur casque lourd, mechants DSI et RSSI qui font que retarder cette belle entreprise 2.0 !Ils ont tout compte fait une bonne tete de bouc emissaire!Le sujet est a traiter sans parti pris excessif non ;-) Comment from Francois BADENES: assez drole de te voir prendre leur défense ;-)) j'ai quelques centaines de témoignages à ta dispo sur le vécu quotidien des utilisateurs si tu veux. mais je suis d'accord l'enjeu est précisément de se faire se reparler les DSI, Dircom et DRH.a ce sujet, connais tu par hasard une école d'ingénieur ou l'une de nos grandes écoles typiques qui forment ses étudiants aux méthodes agiles, à la créatvité, au design de l'information, à la communication relationelle, au management des connaissances, à la dimension humaine et ergonomique des interfaces ? Non ? Moi non plus. On pourrait peut etre commencer par la ;-)) Comment from : Tout d'abord je voudrait m'excuser pour mon Français assez rouillé, j'habite en Espagne depuis 1995 et j'ai perdu l'habitude de parler et encore plus décrire en Français.Et bien, le sujet promet.Les vilains méchant RSSI ont pour habitude de tout bloquer d'office. Je pense que cette première mesure est tout a fait correcte et je m'explique:La sécurité des systèmes d'information est une priorité absolue dans le cadre économique actuel, je crois me souvenir d'un sujet ou l'un des intervenants nous disait que nous étions en pleine guerre technologique (Les entreprise s'espionnent pour obtenir de information sur les entreprises concurrentes). Il est nécessaire de protéger, ce qui ne vaut pas forcément dire isoler, les actifs de l'entreprise. Ces actifs peuvent être: les systèmes, les programmes, les informations mais aussi les personnes. C'est ce que l'on appelle la protection physique et logiqueLa mission première du RSSI est de protéger cet ensemble hétérogène.Pour les systèmes et les programmes pas de problème, quand on nous appelait les DSI nous savions déjà le faire, de plus cette tache n'est habituellement intéressante que pour les professionnels qui ont pour mission de l'accomplir, le reste de l'entreprise ferme l'ignore.La protection des informations c'est déjà plus complexe. Il faut arriver à un compromis, pas toujours très facile à trouver, entre la sécurité et la communication. C'est sur ce point que le RSSI, qui a pris conscience de la Web 2.0, doit se rendre compte que les personnes des départements de marketing, commercial, ressources humaines et les propres employés ont besoin, pour réaliser leur travail correctement, d'accéder à l'information de l'entreprise. Son travail consiste donc a:Contrôler qui peut-accéder à qu'elle information et comment (lecture, modification)Contrôler qui peut faire sortir de l'information de l'entreprise, dans un Pen drive, dans son portable, imprimée, etc.Contrôler qui accède a l'information, ceci nous permet de détecter des possibles accès non autorisésMettre en place des mécanismes d'accès a l'information permettant de travailler a distanceMettre en place des mécanismes de veille technologique qui permettront de découvrir comment la société 2,0 parle de l'entreprise ou de ses produits. Ces données devront être analyser par les départements concernés.Établir conjointement avec la direction de l'entreprise une charte qui marquera la politique de communication de la propre entreprise mais aussi des employés pendant leur activité professionnelle.Former le personnel et le sensibiliser a:Utiliser des mots de passe surs et les changer souvent.Ne télécharger que ce qui est strictement nécessaire et toujours de sources fiables, en cas de doute consulter avec le département informatiqueLa protection des personnes, ici le RSSI s'occupera de veillé sur la e-réputation des employés et de la propre entrepriseEn conclusion:Les réseaux sociaux sont nécessaires pour l'entreprise au même niveau que la sécurité de tous ces actifs. Chaque entreprise devra analyser le niveau de risque qu'elle est prête a courir. Cette analyse devra être effectuée par un comité pluridisciplinaire composé de : la direction, les responsables de marketing, communication et commercial, des représentants des employés et le groupe responsable de la sécurité des systèmes d'information. Comment from : Au secours ! il faudrait qu'un RH nous reprécise le sens de ces sigles :- DSI = direction des services informatiques( ou bien direction des systèmes d'information ? et est-ce la même chose ?)- RSSI = raison sincère de supprimer les informaticiens ?(ou bien un autre libellé ? si oui lequel ?... ce serait mieux de parler des mêmes fonctions dans l'entreprise, ou des mêmes départements... les RRSI sont-ils la nouvelle appellation des DSI ? sont-ils inclus dans les DSI ? combien de RSSI dans les sociétés qui ont officiellement un DSI ?) Comment from : Si l'on me disait que vous êtes ou étiez responsable de la sécurité informatique dans une entreprise privée, ben ça m'étonnerait pas beaucoup !Je trouve très caractéristique de votre profession de dire et de penser : "en concertation avec la direction" (dans lvotre cas, vous évoquiez de définir la stratégie de communication de l'entreprise : heureusement que c'est en concertation avec la direction, non ?) les DSI ou les RSSI sont-ils des contrepouvoirs tellement puissants que les autres directions sont obligées de négocier en permanence avec elles leur stratégies commerciales, leur stratégies éditoriales, leurs stratégies de communication, leurs stratégies de gestion du personnel ? Comment from : Bonjour Agnès,Les RSSI ne sont aucun contre pouvoir au sein de l'entreprise, je me suis peut-être mal exprimé. J'ai simplement voulu expliquer qu'une entreprise 2.0, puisque c'est la mode de les nommer ainsi, se doit de concevoir sa communication comme un tout qui englobe tout autant l'aspect stratégique comme l'aspect opérationnel. Je m'explique: le RSSI n'a aucune responsabilité sur ce que l'entreprise veut communiquer et sur le comment elle veut le communiquer (aspect stratégique), mais je pense qu'il doit pouvoir être écouté sur les moyens que l'entreprise peut utiliser pour transmettre son message (aspect opérationnel)Au niveau opérationnel il est intéressant que les décisions soient collégiales et que les directions de marketing, commercial et même la direction écoutent ce que la direction informatique peut apporter notamment au niveau de la sécurité des actifs.Toutes les directions d'une entreprise ont le même but commun: Que l'entreprise soit le plus rentable possible pour parvenir a cette finalité toutes ont besoin d'accéder aux actifs de l'entreprise (systèmes, information, communications, personnel). Vous m'excuserez de devenir un peu technique mais la protection de tous ces actifs relève de la norme ISO 27001:2005, cette protection se met en place a l'aide d'un Système de Gestion de Sécurité de l'Information et ceci est pleinement la responsabilité du RSSI.Je pense qu'il faut voir ce système de gestion comme un outil au service de toute l'entreprise, il doit être d'ailleurs élaborée en accord avec tous les départements de l'entreprise, le RSSI n'est que le garant de la bonne mise en place de cet outil.Nota:Vous avez raison je suis un RSSI. Comment from : Agnès:DSI = Directeur des Services InformatiquesRSSI: Responsable de la Sécurité des Systèmes d'InformationLa deuxième fonction englobe la première et l'étend en prenant en charge la protection de l'information et non plus seulement la protection des systèmes et des programmes. Comment from Guillaume Soulet: DSI, RSSI, dans un pays qui compte 99% d'entreprises de moins de 100 salariés, je pense qu'il s'agit la de métiers marginaux (Surtout RSSI... Y'a qu'a Pôle emploi que j'en ai vu... et encore).Certes, il y'a tout de même 31 000 entreprises de plus de 100 salariés, et peut etre autant de DSI, mais il y a 350 000 entreprises de 10 à 100 salariés qui sont, à mon avis, les principales concernées par ce soucis.Je propose de recentrer le sujet sur les entreprises les plus "courantes", c'est à dire les PME/PMI qui n'ont pas de DSI, tout au plus un service informatique (bien que, malheureusement, tout s'externalise et plus personne n'a envie d'employer un informaticien... mais c'est un autre sujet). Car l'informatique n'est pas apprécié de la meme maniere selon la taille de l'entreprise et son secteur d'activité.De mon point de vue, je pense que tous les outils de protection du monde (Firewall, DPI, "Controle Parental" pour entreprise...) n'arriverons jamais à contrer le social-engineering et qu'il est préférable de former, d'informer les utilisateurs des avantages et des risques que ces outils peuvent apporter à l'entreprise plutôt que de les infantiliser en leur interdisant l'accès (qui, d'ailleurs, est souvent contourné de manière ingénieuse). Comment from : @Guillaume SouletJe ne crois pas que ces métiers soient marginaux : ça dépend du secteur d'activités dans lequel se trouve l'entreprise en question. Les entreprises petites (50 salariés) ou de taille moyenne (bien qu'appartenant parfois à des grands groupes), dans le secteur de l'information scientifique et technique, ont toutes un service informatique (depuis 15 ans que je traine mes talons aiguilles dans ces sociétés) : normal, c'est leur raison sociale... Ce service informatique est parfois externalisé (auprès d'un prestataire qui pourvoit une maintenance via 1 ou 2 informaticiens sur place). Parfois seules certaines missions sont externalisées, par une DSI interne qui semble se cantonner à être gestionnaire d'une "flotte" d'ordinateurs et d'imprimantes partagées.@ Henri LetellierJ'ai constaté, à mon plus grand regret, que les (D)SI fournissaient en effet des services info, se considéraient parfois comme des penseurs de flux d'informations", mais que les autres services avaient bien des difficultés à les considérer comme des "responsables de systèmes d'info".Quelques Exemples : - les DSI qui limitent l'espace sur les serveurs en affectant à tous les salariés le même espace (que vous travailliez au service Comptabilité, ou au service "gestion des documents" et que vous receviez tous les jours d'épais fichiers de textes originaux contenant des figures scientifiques, ou des photos hautes déf)- les DSI qui sont incapables de mettre en ouevre de véritables stratégies d'archivages des données (ces données étant pourtant le capital essentiel des entreprises) : j'ai toujours eu à charge d'archiver moi-même via tous les supports possibles (autrefois sur CD, puis sur DVD, clé USB, etc.) les fichiers qui me semblaient essentiels.- les DSI qui mettent à disposition de l'espace partagé sur serveur, mais sans l'organiser (genre la DSI mettant à disposition du service commercial et du service technique -qui n'ont donc pas une direction commune- de l'espace sur serveur puis envoie régulièrement des messages "il faut suppirmer des fichiers, ça déborde !")- les DSI, qui n'ayant pas de vraies stratégies de gestion des flux d'informations, ni de stratégies d'archivage des données, proposent en cas de virus d'écraser les données afin de rebooter complètement un poste (en suggérant au salarié bien puni, de re-solliciter tous ces contacts pour restaurer les fichiers importants sur lesquels il travaillait) ; c'est futé, on n'y aurait pas pensé... :-( ... - les RSSI que je connais (car j'en connais !... et je ne travaille pas à Pôle Emploi) exercaient leurs talents dans des secteurs sensibles (certaines grandes écoles du côté de Saclay, ou des entreprises du secteur de la Défense). Pourtant une maison d'édition, dont le métier est d'éditer des textes, ou des produits mixtes, devrait nécessairement gérer avant tout des flux d'informations, non ? Bref, j'aurais bien aimé que des RSSI fassent vraiment un travail de Responsable, et qu'ils considèrent les données comme des systèmes d'informations... Comment from Bénédicte POINSARD: trouve ce sujet : Excellent !Une véritable question de société. 90 % des risques informatiques passent par l'humain... Comment from Bénédicte POINSARD: Mata-Hari ds les réseauxsociaux : 73 % des séduits se livrent après 2 h, 31 % travaillent ds la sécurité informatique http://bit.ly/a2agc2 Comment from Bénédicte POINSARD: Toujours prendre les études avec précaution, surtout quand elles sont juges et parties, mais quand même, c'est intéressant... Comment from Dominique Rabeuf: Trouve ce sujet : Excellent !Mais mal posé. J'aurais dit: Réseaux Sociaux et Confidentialité. La maîtrise de la confidentialité n'est qu'un aspect de la sécurisation des comportements.De manière générale, on ne sécurise pas un réseau, on définit et on adopte des comportements de sécurité et confidentialité.Les fous, on le constate, passent par dessus les garde-fous         Comment from : Vous êtes le Maître Capello des qualificatifs comiques des humanoïdes2.0 ! C'était comment votre caractérisation des cons ? Comment from : Est ce que quelqu'un a réellement pu interdire quelque chose ???? mieux vaut encadrer, sensibiliser, former et contrôler. Comment from Dominique Rabeuf: Difficile de surpasser Michel Audiard.( Toast Funèbre )Question: vous êtes vous intéressée au TEI ? Et au fait le saviez vous ?Tim O'Reilly l'inventeur du 2.0 est avant tout un éditeur, et qui plus est un des fondateurs des représentations modernes des documents. Comment from Guillaume Soulet: @Bernard:Dans certaines entreprises sous environnement novell (ou tout autre environnement en client leger), il n'est pas "interdit", il est juste "pas autorisé".Apres, certaines entreprises bloquent des ports (d'où l'impossibilité d'utiliser google talk dans certaines entreprises, ou Msn), ou meme s'abonnent à une liste de site à bloquer qui n'apportent rien à l'entreprise, tel facebook ou twitter.Maintenant... c'est un peu le jeu du chat et la souris.   Comment from Francois BADENES: twitter (veille, intelligence économique, capitalisation des savoirs, e-marketing), voire meme facebook sur webmarketing) qui "n'apportent rien à l'entreprise"....dsl mais là MDR comme disent les ados. Ca me rappel quand on me disait ya 20 ans que le web marcherait pas en France parce qu"on avait le minitel. Ne pas intégrer et/ou réfléchir aux usages des réseaux sociaux et du microblogging pour l'entreprise sera demain j'espère considéré comme une faute professionnelle. Comment from : La sécurisation des données de l'entreprise est évidemment très importante, surtout si l'entreprise opère dans un secteur stratégique ou si les données qu'elles possèdent sont ce qu'elles vendent (un magasin de disques qui serait cambriolé n'aurait plus de disques à mettre en rayonnage, on est bien d'accord).Ce serait en effet bien de considérer ce système de gestion (SGSI ?) comme un outil au service de l'entreprise (donc des autres départements) pour éviter de considérer que les autres départements ne soient au service (et au garde à vous) de ce système de gestion. Comment from : Merci de cette précision : la fonction de RSSI est (était ?) en effet moins répandue que celle de DSI. Donc le RSSI est à un poste de responsabilité plus élevé que le DSI. Sa mission ne se cantonne pas seulement à des "objets" informatique, il est garant aussi des informations qui émanent de l'entreprise via tous les canaux possibles et imaginables : les mails, les réseaux type twitter, le téléphone, les documents ultra-confidentiels mis à la poubelle sans être passés par le destructeur qui en aurait fait des confettis, la bêtise humaine qui fait qu'on se dit "j'aurai dû fermer ma gueule cette fois !"... sans oublier toutes les formes d'espionnages industriels (je n'ai pas la moindre idée des moyens mis en oeuvre actuellement, les bons vieux films d'espionnage ont disparu avec le mur de Berlin... quant à la concurrence industrielle avec certains pays asiatiques, il paraît qu'on appelle ça "transfert de technologie" et qu'on n'a pas beaucoup le choix...) Comment from : Peut-être êtes-vous dans des fonctions où l'information et l'ouverture au monde est dénué d'intérêt ? Peut-être faites-vous partie de ceux qui estiment que le latin n'a aucun intérêt car on ne le parle plus ? Savez-vous qu'il n'y a pas qu'un seul usage de la télévision (à savoir rester assis devant l'émission la plus stupide sans penser à changer de chaine), et l'on peut peut-être considérer que le cinéma, la télé, twitter sont des outils d'ouverture sur le monde...J'ai eu l'occasion de constater que certaines entreprises misaient beaucoup sur leur capital humain (au delà du diplome de formation initiale), alors que d'autres faisaient un management à plus courte vue. Comment from Francois BADENES: merci de ce rappel Guillaume qui me semble en effet essentiel : ceci dit les PME sans DSI sont victimes des mêmes contraintes via leurs prestataires SSII qui sont en général mobilisées sur l'informatique de gestion et ont rarement une vraie valeur ajoutée conseil sur le knowledge management. Dans un monde complexe qui souffre d'infobésité le véritable enjeu n'est plus seulement de traiter des flux d'information mais bien de transformer l'information en connaissance utile et accessible. Retravailler les interfaces, l'intuitivité et le design de l'information est une priorité absolue qui passe par la visualisation des données, l'ergonomie, le développement des usages de social-networking + des process de capitalisation des savoirs. L'enjeu devrait mobiliser les DRH, Dir Com/Marketing pour passer commande aux DSI. On ne demande pas à son garagiste de choisir la destination des vacances mais que notre véhicule fonctionne. Précision sémantique : je n'ai jamais rencontré de RSSI mais 2 catégories de DSI : Direction des Systèmes Informatiques ou Direction des Systèmes d'Information : en pratique la nuance est en générale de taille et connote à elle seule l'approche de l'entreprise... Comment from Francois BADENES: sur le blocage des accès aux sites...je reste atterrer par ce que je qualifie sans détours d'abus de pouvoir par de nombreux services informatiques qui se permettent de choisir qui a accès ou qui ne l'a pas sans toujours justifier les choix. En regardant de près leurs propres machines je constate toujours que eux ont accès à tout y compris facebook ;-)) étonnant non ? J'ai de formidables retours d'expériences savoureux à vous donner : une Responsable des affaires européennes d'une grande métropole française qui par exemple se voit interdire une webcam et l'usage de skype pour participer à des webseminaires avec ses partenaires la contraignant à voyager sur Bruxelles pour travailler avec ses partenaires parce que le DSI a refusé ses demandes depuis 3 ans...le DSI en question a été élu par ses paires "DSI de l'année"...je m'en étoufferai de rire si ce n'était pas pathétique. Comment from : @dominique rabeufVi, je connais les éditions O reilly (comme tous ceux et toutes celles qui ont déjà mis les pieds dans une librairie universitaire en sciences et techniques). Je ne savais pas qu'il était l'inventeur du 2.0 : je croyais que c'était vous, et moi, et tous les autres.Le TEI ? kesaco ? c'est le nom d'un architecte nord-coréen qui a l"intention de mettre des tétraèdres virtuels au debut de tous ses tweets ? c'est la transcription en sanscrit d'une boisson fort appréciée outre-manche ? Comment from Guillaume Soulet: @Agnes: Je le sais pertinemment ça... j'explique juste les raisons de ce blocage. Comment from Guillaume Soulet: @François:Il est vrai qu'il y a des abus, cependant il faut savoir que certains usagers font vraiment n'importe quoi.Sites pornos, installation de logiciels tiers non-signés tel qu'un pseudo antivirus, etc. et au final, quand on découvre que la machine comprend plusieurs trojan et backdoor... bah on doit tout réinstaller et on doit analyser tous les autres postes minutieusement pour verifier qu'il n'y a pas de logiciel espion qui se seraient propagés sur le réseau.Au final, quand on gère un parc informatique, on prend des habitudes de tout verrouiller afin d'éviter de passer notre temps à réinstaller les postes.Après, il est vrai que certain le font avec excès, mais c'est le but de cette émission que de démontrer qu'il peut être intéressant de laisser les gens aller sur les réseaux sociaux. Comment from Francois BADENES: Guillaume, je comprend évidemment les précautions à prendre pour une bonne infogestion des parcs, le verrouillage systématique et global est tout simplement la solution de facilité dont la décision n'appartient pas au seul service informatique. Les collaborateurs (j'ai horreur qu'on parle des "gens") sont souvent aujourd'hui plus au fait des usages innovants que les techniciens informatiques. Les abus doivent être évalués à postériori et sanctionnés le cas échéant en intégrant aux contrats de travail une Netiquette clairement communiqués sur les droits et devoirs des salariés sur usages de leurs outils et du média web. Empecher tout le monde d’accéder au nom de quelques abus potentiels est une aberration tout simplement en terme de ROI : la productivité induite par les usages innovants sur le partage d'expériences, la veille, les opportunités business liés au webmarketing et au social-networking est bien plus importante que les risques encourus qui peuvent être encadrés et bien gérés. Pourquoi les entreprises scandinaves et anglo-saxonnes (y compris de secteurs stratégiques) y arriveraient-elles et pas nous ? Le blocage à priori est une méthode de feignants, un abus de pouvoir et surtout un mauvais calcul. Les DSI doivent monter en compétence d'urgence sur une valeur ajoutée de conseil interne sur ces usages. Ils doivent se former pour les comprendre et pouvoir les diffuser utilement auprès de leurs clients internes. Car "les gens" dont tu parles sont les clients internes des SI. C'est aux Directions Générales de prendre conscience des enjeux et de fixer la stratégie et les moyens et pas aux DSI de décider seuls pour se faciliter la vie. Comment from Guillaume Soulet: Un tel système de management serait, bien sur, plus intelligent que le fonctionnement lambda actuel.Cependant, il faut garder en tête que le fonctionnement des entreprises françaises est "dépassé" par l'arrivée des nouvelles technologies, qu'elles fonctionnent en "petit comité", et souvent il n'y a qu'un seul décideur.J'ai pu observer le fonctionnement d'une trentaine d'entreprises de tous secteurs, et tres souvent le décideur considère les salariés comme étant des fainéants et qu'il faut à tout prix les empêcher d'être "distraits", quitte à exercer une pression moral sur eux.Partant de la, et suivant l'actualité tres "populiste" de certains journaux, il est souvent pointé du doigt l'employé insultant son patron sur facebook, ou révélant une affaire commerciale "secrete" en cours, plutôt que des relations qui se nouent et du marketing qui s'y effectue, sur viadeo pour l'exemple.Cette alchimie de facteurs fait que la réaction première des décideurs est: "Bloquez moi tout ça". Comment from Francois BADENES: oui Guillaume...on est au coeur du problème : Défiance Vs Confiance, Management des 30 glorieuses Vs Innovation participative etc etc. les jeunes les plus talentueux découvrant ce type d'anté-management se barrent et postulent dans les boites innovantes ;-)) Comment from Dominique Rabeuf: TEI« Text Encoding Initiative » Pour l'invention du terme Web 2.0 c'est effectivement Tim O'ReillyCeci en 2003; médiatisé grosso modo deux ans après.Les caractéristiques d'un site Web 2.0 (on les trouve facilement avec un peu de recherche) énoncées à l'origine du concept ne sont quasiment jamais satisfaites par tous ceux qui cru comprendre de quoi il s'agissait.Ce n'est pas bien grave, la science avance sans les ânes, surtout ceux qui ont inventé la génération « Y » qui sera bientôt remplacée par celle des « Z ».      Comment from Dominique Rabeuf: Questions très conLibérons la caissière de supermarché, depuis son poste pour accéder à ses réseaux sociaux !Elle pourrait Twitter « il y a des sardines en promotion » (non ?)Idem pour un ingénieur « bac+x » depuis son labo sécurisé ?Voilà où est le projet, on sèche, quelqu'un a une idée ?   Comment from : Il est vrai qu'à énoncer des généralités tout azimut, la discussion se retrouve coincée dans des impasses ! on comprend mieux pourquoi dans les conférences ou les lieux de "discussions", il y a toujours un médiateur. Comment from : si la science avance sans les ânes (ce qui est assez probable, en effet), avouez que l'objectif initial de l'esprit du web2.0 est carrément dans les choux ! on constate de plus en plus d'inégalités selon le niveau de culture, d'intelligence (grace aux études parfois, les autodidactes étant de plus en plus rares), les écarts de salaire se creusent, etc. Difficile d'être optimiste sur "l'intelligence du monde", et pas très envie d'en rire ! Comment from Francois BADENES: ceux qui ont "inventé" la génération sont des sociologues qui s'interressent à l'étude des comportements des classes d'age à travers le temps. Je suis moi aussi agacé par les terminologies et les acronymes mais constate qu'elles sont encore plus présentes dans les sciences dites "exactes". La France des ingénieurs sans aucune notion de sciences sociales me saoule autant que le syndrome des experts de tout poil. Je vous invite à lire ou relire "La pensée complexe" d'Edgard Morin. La management 2.0 ou entreprise 2.0 sont des concepts agacants mais qui reposent pourtant sur du bon sens : les process de management, d'organisation, la capitalisation des savoir etc. Excusez moi mais la réponse n'est pas dans les outils techniques ou les approches scientistes mais bien dans les sciences sociales, l'éducation, la formation. La fracture numérique est aujourd'hui dans les usages et pas dans des pbs d'équipement. Le mépris voire la condescendance que vous affichez pour les sciences sociales nous rappel le chemin qu'il reste à parcourir pour dépasser les chappelles et recentrer le débat sur l'humain. Vous voulez un exmple de réseau social 2.0 qui marche ? allez voir www.social-planet.org plateforme collaborative 2.0 des acteurs de l'Economie sociale et solidaire. Je suggère pour ma part d'intégrer de façon systématique dans les écoles d'ingénieurs et des technocrates des cours de communication relationnelle, d'expression (pour qu'on les comprenne enfin, de design de l'information, de management de projet et d'équipes...bref, ce qui fait qu'une entité humain réussie ensemble. Comment from : @ Henri LetellierMerci d'avoir émis une opinion avisée et d'avoir aborder les fondamentaux de la sécurisation des flux d'information (j'avais cru que c'était le sujet !). Comment from : @dominique rabeufcomment faire sur TTT pour vous questionner sur la TEI (et sur les raisons qui vous ont incité à en parler), sans "polluer" inutilement cette conversation qui a en effet tendance à s'embourber dans des considérations sur "statut social" (ce qui est sans doute intéressant mais est complètement hors sujet) ? Comment from Catherine TARAPACKI-PINTO: encore une fois il serait sans doute judicieux de repenser le travail avant de commencer à argumenter sur les réseaux sociaux Comment from Dominique Rabeuf: Désolé Egar Morin, le penseur qui a réinventé la pensée n'est vraiment pas ma tasse de thé. Même sans dieu le mysticisme m'ennuie.Ses considérations sur la Logique, la Physique ou la Théorie de l'information, les sciences exactes en général et le langage sont plutôt naïves. Comment from Dominique Rabeuf: @Agnès Nicolcomment faire sur TTT pour vous questionner sur la TEI (et sur les raisons qui vous ont incité à en parler), sans "polluer" inutilement cette conversation qui a en effet tendance à s'embourber dans des considérations sur "statut social" (ce qui est sans doute intéressant mais est complètement hors sujet) ? Pour cela il faut que nous soyons en contact sur TTT.Ceci permet d'entretenir des files de discussion privées (étanches) et l'envoi de messages personnels. C'est une facettes de TTT. Comment from Francois BADENES: oui catherine...c'est ce que j'essaye de dire. pas de réponse pour Dominique, pour Morin suis pas étonné, j'aurais pu citer des philosophes ou n'importe quel auteur "non scientifique" j'aurais eu sans doute la meme réponse. Toujours des pbs de dialogue avec les "gourou je sais tout". Comment from Dominique Rabeuf: Il va falloir découper le sujet en tranches. Comment from Dominique Rabeuf: Désolé pour Morin je ne suis pas fan des humanistes dont le fond de commerce est d'expliquer tout et n'importe quoi à partir des dérives anthropomorphiques. l'Humain au centre de l'univers et le socio-culturel éclairant l'intelligence, c'est un peu trop ressassé depuis des lunes.Comme base de réflexion sociale ou éthique je préfère SpinozaJe ne sais pas grand chose et suis beaucoup plus au ras des pâquerettes.Je parie qu'avec cette évocation un certain Vincent va débarquer  Comment from Bénédicte POINSARD: Dominique, j'admire ta maîtrise des codes HTML :-)) Comment from : Bonjour,je suis désolé, je viens de partit en province (un imprévu) et je ne serai pas la demaintoutes mes excuses. Comment from Francois BADENES: mon collaborateur Simon Robic participe au plateau de 14h sur le mapping et peut intervenir sur ce plateau également sur lequel nous avons des pistes d'action et des réflexions à proposer ...Fabrice ?  Comment from Guillaume Soulet: Je confirme ma présence à ce plateau.Merci. Comment from : J'interviens dans l'émission sur le mind mapping, tournée quelques heures avant. Donc je me propose pour intervenir dans celle-ci également ! Comment from Fabrice Frossard: Bonsoir à tous,Je suis toujours fasciné par les fils d'échanges. Convoquer Edgar Morin ou Spinoza (que je n'ai pas lu) pour évoquer ce sujet me rend admiratif. Etant un pragmatique, pour moi l'objet du débat était bien le point de vue et comportement du RSSI devant l'ouverture du système d'information de l'entreprise vers les réseaux sociaux et les possibles risques que cela comporte. C'est bien du point de vue du RSSI ou responsable de la sécurité du système d'information dont il s'agit de parler. @Simon, toute personne ayant des idées et surtout des compétences sur le sujet est la bienvenue.  Comment from Francois BADENES: ok Fabrice mais l'enjeu dépasse largement la seule responsabilité des SI : l'ouverture aux réseaux sociaux touche aussi aux usages possibles ou pas de veille, de webmarketing, de partage des savoirs : ce n'est en aucun cas au SI seuls de décider et c'est bien là un des problèmes. Trouver le bon compromis entre sécurité et développement nécessaire des usages (en les encadrant et en les accompagnant). Le lien avec Morin c'est la nécessaire pluralité des approches et la vision transversale qui doit guider la gouvernance et les décisions. C'est bien au coeur des enjeux sur ce débat : comment coordonner et concilier les besoins et les attentes du marketing, des RH et des SI ? Joel de Rosnay en parle aussi...Bon débat à vous tous. Comment from Fabrice Frossard: @françois. Certes, certes, mais François, çela ne vous a pas échappé, nous abordons sur cette plateforme le sujet des réseaus sociaux très régulièrement et ce sous de nombreux angles. Evoquer la nécessaire transversalité dans l'entreprise pour élaborer une stratégie cohérente pour communiquer sur les réseaux est fait quasiment à chaque plateau. Il n'est pas exclu que cela soit le cas encore une fois. Néanmoins, laisser des responsables de la sécurité/confidentialité évoquer le sujet, de leur point de vue, mérite d'être fait. Leurs problèmes et point de vue sont différents de celui des RH/Marcom etc. Et mérite sans doute d'être écouté. En gros, on prend la discussion sous un autre angle :-) Comment from Dominique Rabeuf: « Le lien avec «Morin» ? Merci de détailler comme aussi avec le promoteur de l'annexe Sociologique du Zoo de Vincennes (Alias Michel Serres).Comment concilier les besoins marketing de la gouvernance avec les nouveaux ingénus et la psychanalyse pour mieux vendre la coordination entre la stupidité intrinsèque des consommateurs et celle des nouveaux vendeurs de lingettes WC. Comment from Francois BADENES: je comprends Fabrice. dans ces cas là peut-etre vaut-il mieux les laisser parler entre eux et nous n'avons pas forcément de légitimité. Simon a un profil Mac Giver ;-)) il est à la fois Responsable SI, Traffic Manager (référencement, webmarketing) Community Manager (et fondateur de l'association des blogueurs de l'Ouest) mais nous sommes une start-up innovante pas très représentative des problématiques de sécurité des grandes entreprises...à vous de voir si présence souhaitée pour faire le lien entre sécurité et usages ou pas. No problème de notre côté. Simon sera ravi d'attraper un TGV plus tôt ;-)) Comment from Vincent Berthelot: le plateau doit refleter les differents avis sous peine de ne pas faire avancer d'un iota la reflexion.On peut choisir le cheval de Troie que l'on desire de Morin a Taylor mais au fond il conviendra de faire des allers retour entre strategie et tactique, entre dirigeant, manager et Rsi Comment from Guillaume Soulet: Il semblerait que ce plateau ait eu quelques problemes techniques car plusieurs personnes m'ont signalé n'avoir rien vu.J'ai hate de voir le resultat de l'émission :-)