Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
L’affaire 2e2 a secoué le secteur informatique outre manche. Sans prévenir, du jour au lendemain, de grandes entreprises se sont trouvées privées de leurs données suite à la faillite de leur prestataire Cloud. Elles ont désormais le choix entre payer une très forte somme pour récupérer leurs données ou s'assoir dessus. A l'heure où l'attention se porte exclusivement sur la cybersécurité, les performance, ou la compétitivité de l'offre, la faillite de 2e2 montre que les bonnes affaires dans le Cloud peuvent amener de très mauvaises surprises. voir aussi Article associé sur Droit & Technologie
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (2)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Laurent Briziou, exægis
expérience de 30 ans dans le secteur des services et du f...
Laurent Séguin, ViFiB
Spécialiste de la résilience et des plans de reprise pour...

L’affaire 2e2 a secoué le secteur informatique outre manche. Sans prévenir, du jour au lendemain, de grandes entreprises se sont trouvées privées de leurs données suite à la faillite de leur prestataire Cloud.

Elles ont désormais le choix entre payer une très forte somme pour récupérer leurs données ou s'assoir dessus.

A l'heure où l'attention se porte exclusivement sur la cybersécurité, les performance, ou la compétitivité de l'offre, la faillite de 2e2 montre que les bonnes affaires dans le Cloud peuvent amener de très mauvaises surprises.

voir aussi

Article associé sur Droit & Technologie

Keywords:  Cloud, faillites
Related expertises:  Cloud Computing
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Olivier Margerand: Il est ici question de pérennité des données et applications. C'est une question que doivent traiter les PCA et PRA des entreprises.La pérennité des données peut être traitée de manière relativement simple, beaucoup plus simple qu'avant grâce au cloud : en mettant en place un processus automatisé de sauvegarde d'une infrastructure sur une autre. Par exemple, si vous avez une application web hébergée sur Google Cloud Platform, vous pouvez organiser une sauvegarde automatique de Google à Amazon via des outils tels que RunMyProcess (société française, en passant).Pour la pérennité de l'application, c'est un peu plus complexe mais cela dépend surtout du type d'application : si vous ne faites qu'héberger un logiciel classique chez le prestataire, vous pouvez prévoir d'avoir une réplique exacte disponible en permanence chez un autre prestataire, avec un niveau de service beaucoup moins élevé pour tenir compte de la faible probabilité d'y avoir recours.Si vous utilisez une application cloud (une vraie), là, c'est évidemment une autre paires de manches. Mais il y a d'autres moyens de se protéger, comme ajouter des critères à sa grille de choix (histoire de l'entreprise, investissements, clients, rentabilité, etc.) et surtout suivre ces critères plusieurs fois par an, une fois qu'on est client de l'application. Si vous êtes client de Google Apps, vous avez peut-être moins à vous préoccuper de pérennité de l'outil que si vous êtes client d'une application apparue il y a 2 mois. Comment from Olivier Margerand: se porte volontaire pour participerCloud ou pas cloud, il y a des règles en informatique. Si on les respecte, on ne doit pas être aussi démuni que certains clients de 2e2.Il s'agit d'un sujet stratégique, c'est-à-dire qui coûte cher en cas d'erreur. Je suis d'accord pour dire qu'il est capital de sensibiliser les dirigeants d'entreprise à ces questions dont dépendent leurs business.Or le cloud facilite le respect des règles de base permettant de faire face plus facilement à des événements tels qu'une faillite de prestataire. Comment from Nicolas Baron: Le Cloud est l'une des briques ou la seule brique de l'environnement IT d'un client, cela dépend. Aussi comme pour tout environnement IT, et en fonction de la criticité des données, il faut y associer de la sauvegarde de données, un plan de reprise d'activité, des accès réseau sécurisés, de la haute disponibilité, réplication, géo-réplication, multi-prestataires ou opérateurs, etc.Je pense qu'une mauvaise surprise ne devrait pas arriver ou plutôt ne devrait pas avoir d'impact, car le DSI aura pris ses précautions, n'est-ce pas son rôle? Comment from Fabrice Epelboin: Je ne suis pas sûr que ce soit si clair, notamment quand il s'agit de chiffrer le coût du Cloud, et en particulier chez certain marchands ;-) Comment from François Aubriot: se porte volontaire pour participerje pense juste etre bien placé (impliqué depuis juin 2008/domaine mais sur un périmètre bien particulier).Je pense également avoir une bonne apréhension / compréhension du domaine (cloud, informatique, service..) Comment from Nicolas Baron: Alors ces marchands sont-ils réellement marchands de Cloud? Le principe même du cloud repose sur le paiement à l'usage, et donc la connaissance des unités d'oeuvre, voire la mise à disposition d'outils de calculs. Les grands acteurs les proposent de façon transparente sur leurs sites:http://www.ibm.com/services/fr/fr/cloud-enterprise/tab-pricing-licensing.htmlhttp://aws.amazon.com/fr/economics/Etc.Ces outils sont importants car effectivement il faut pouvoir se projeter en utilisant toutes les unités d'oeuvre, ce en fonction d'une consommation aléatoire à venir... Mais tout l'enjeu est là. Comment from Olivier Margerand: Alors ça doit être un critère de choix : si le coût n'est pas clair a priori, pourquoi choisir ce "marchand" ?Au fait, qu'appelles-tu "marchand" ?Je ne sais pas si ton commentaire répondait à Nicolas Baron ou à moi-même. Si tu fais référence à "qui coûte cher en cas d'erreur", je parle surtout ici du coût pour l'activité de l'entreprise, pas du coût informatique, souvent dérisoire si on le compare aux manques à gagner et pertes nettes liées à un incident informatique. Comment from François Aubriot: lo, @ OlivierPRA PCA c'est plus du cloud ! Exemple nuage-france.fr > fournir une infra (IaaS) qui intègre nativement le PCA /PRA... on en parle plus, c'est un SLA...Concernant le sujet, il s'agit bien de répondre à la question : Mon prestataire "cloud" n'est plus là du jour au lendemain je fais quoi ??Plusieurs niveaux IaaS par principe je peux du jour au lendemain aller chez un autre (mes VM bougent..)Paas ça se complique un peu SaaS là ça devient (ça peut devenir super compliqué). Concernant le SaaS il y a aussi plusieurs prérimètres Je prends celuis que je connais le mieux...(par exemple) c'est toute la bureautique de l'entreprise... en fait les fichiers sont des .doc, .odt etc... des bal TB etc.... et je peux faire une copie réguliere de ces données (rsync...) ou je veux. Si c'est ma CRM, min ERP là j'ai fait ( sans le vouloir?) d'une solution cloud...Les données sont à moi ? le MCD je le connais ?? Les données je peux les récuperer simplement ?? ça se complique... @Nicolas, il faut effectivement esperer que la DSI a fait son metier... Il est donc très délicat d'apporter une réponse tellement il y a d'usages, de solutions (vraies ou bidons...)... le seul point sur lequel il est possible de mettre tout le monde d'accord (?) Utiliser des solutions Open Source, libre permettra de connaitre le MCD, de pouvoir faire régulièrement une "simulation" ? Un "PRC" (Plan de reprise Cloud). à suivre donc sltsfa Comment from Olivier Margerand: François, désolé mais justement, le SLA de 100%, si jamais il existe, n'est qu'un engagement, pas une garantie. Il faut donc bel et bien prévoir la panne, la preuve avec 2e2. Donc prévoir un plan de continuité/reprise pour l'activité de l'entreprise.Exemple vu chez un client : quand mon fournisseur cloud connaît une panne de 8 heures qui tombe en plein sur mes 8 heures d'activité en journée, j'ai une usine de 300 personnes qui met plus d'une heure à décider d'adopter une solution de contournement, et qui travaille près de 7 heures de manière dégradée. Alors que si la panne avait été anticipée (elle était prévisible et on avait les moyens de s'y préparer), on aurait réagi en quelques minutes et travaillé avec beaucoup moins de perte de productivité. Comment from Olivier Margerand: PS : je ne comprends pas bien votre phrase au sujet de l'ERP et du CRM, il doit manquer des mots.En tout cas, quand vous souscrivez un contrat d'entreprise avec une solution, oui, vos données vous appartiennent, sauf exception (je n'en ai pas en tête). Sinon je ne vois pas comment ces solutions pourraient avoir des clients.Sur la question de l'open source, je me demande si ça n'est pas maintenant un débat d'un autre âge, du moment qu'on dispose justement des données et du MCD. Je dis bien "je me demande", je n'affirme pas. En tout cas, je ne demande qu'à rencontrer de vrais exemples en faveur de votre discours à ce sujet. Comment from François Aubriot: Oups effectivement il manque un mot :-) Si c'est ma CRM, mon ERP là j'ai fait un choix (sans le vouloir?) d'une solution cloud..mes excuses"vos données vous appartiennent" oui bien entendu... mais il faut pouvoir les récuperer simplement et surtout que ça soit exploitable... ce qui me permet de rebondir sur "l'open source"... il est tout de meme plus facile de connaitre le MCD d'un logiciel libre, plutot que celui d'une appli propriétaire ? non ? Ensuite, il n'y a effectivement pas de débat Open ou Proprio avec le cloud et c'est tant mieux. L'utilisateur a un besoin, un budget, choisit une solution... que ce soit open ou pas, ce n'est pas le probleme. (à propos de l'open source... il y a un vrai débat, d'actualité et très important, mais ça fera l'objet d'un autre sujet à traiter sur techtoc :-) )sltsfa Comment from Fabrice Epelboin: Une série de slides des plus interessantes http://www.vifib.com/news/P-VIFIB-Resilience.Cloud.Illusion.Realite Comment from Laurent Séguin: se porte volontaire pour participerNous réfléchissons à la résilience du coud computing, à ses mythes et ses réalités et nous essayons de répondre aux mieux avec une approche du Cloud différente.Une présentation complète de pourquoi et comment est disponible à http://www.vifib.com/news/P-VIFIB-Resilience.Cloud.Illusion.Realite Comment from Fabrice Epelboin: Hi hi... je viens de poster ce lien, on peut pas imaginer meilleur timing :-)Welcome Comment from Olivier Margerand: Approche très intéressante, évidemment orientée et partielle mais qui a le mérite de contrebalancer de manière claire et simple les argumentaires cloud classiques. Je serais ravi d'en débattre. Comment from Frédéric BASCUNANA: Chers amis, je tombe sur ce site que j'avais un peu oublié, mais qui reste toujours aussi pertinent, non ?Nous pourrions le traiter mi-Mai si ça vous botte ? Comment from Laurent Briziou: se porte volontaire pour participerexægis a été créée en 2011 pour répondre à cette problématique : assurer la continuité d'exploitation des entreprises du cloud défaillantes. A l'origine cette offre était réservée pour les acteurs qui financent les sociétés du cloud. Nous sommes en train d'élargir notre offre aux petits acteurs pour rassurer leurs clients finaux.