Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Voici le type de messages que je reçois dans ma messagerie, repris pour cet exemple du blog de l'excellent journaliste Thierry Desjardins, dont la liberté de ton et le phrasé incisif me plaisent beaucoup en ce moment :  Charliemania et manipulation " En France, il suffit de mourir pour devenir, dès le lendemain, dans toutes les notices nécrologiques de tous les journaux, un « grand homme » qui aura été, c’est selon, « le plus grand écrivain », « le plus grand chanteur », « le plus grand acteur », « le plus grand metteur en scène »… du siècle, pour ne pas dire de tous les temps. Même les hommes politiques ont toujours droit, pourvu qu’ils soient bien morts, à un hommage appuyé sur leur « haute valeur morale » et leur « sens de la patrie », voire même « du sacrifice ». Tous seront, en tous les cas, « une perte irréparable pour la France ». Cette vieille tradition, typiquement française, est plutôt « gentille », carrément ridicule, mais ne fait de tort à personne et prouve qu’au fond nous regrettons souvent d’avoir été parfois méprisants avec tous ces gens durant leur vivant, ou même de les avoir totalement ignorés. Avec l’assassinat des caricaturistes de Charlie Hebdo, nous sommes allés encore plus fort dans ces délires mortuaires. Cet hebdomadaire n’avait plus de lecteurs, était au bord du dépôt de bilan, paraissait à tous totalement démodé, « ringard », d’une autre époque, celle de mai 68, et ses vieilles stars, fatiguées, avaient, l’âge venu, remplacé leur joyeuse rigolade anarchiste d’antan par la vulgarité souvent scatologique, l’injure généralement gratuite et la provocation toujours commerciale qui le plus souvent tombaient à plat. Il ne suffit pas de traiter le monde entier de « gros cons » ou de « gros cul » pour avoir du talent. Le problème de Charlie Hebdo était que, n’étant plus drôle, il n’amusait plus personne et sentait davantage l’aigreur haineuse que les parfums de l’intelligence. Mais ces pauvres types ont été massacrés dans des conditions épouvantables par d’ignobles fous furieux qui leur reprochaient d’avoir publié des caricatures du Prophète lesquelles, il faut oser le dire, n’étaient même pas très drôles. Du jour au lendemain, ces caricaturistes sont donc devenus des héros nationaux, des martyrs de la presse et leur journal a été déclaré « symbole de la liberté d’expression », de « la France de Voltaire ». Des millions de Français qui n’avaient jamais lu Charlie Hebdo et dont certains ignoraient même l’existence se sont mobilisés pour hurler leur indignation (légitime) aux cris (stupéfiants) de « Je suis Charlie ». Depuis, les hommages officiels se multiplient. Ce matin, les trois chaines d’information, LCI, I-Télé et BFM, ont diffusé en direct toutes les obsèques de Charb, le directeur de Charlie Hebdo. Cela a commencé par… l’Internationale, puis Mélenchon, la gorge serrée, tenta de faire du Bossuet avant que Laurent, le premier secrétaire du Parti communiste,  les larmes aux yeux, ne rende un interminable hommage à son « camarade ». Le tout sous les regards attristés de trois ministre de la République, Mmes Taubira, Pellerin et Vallaud Belkacem. On n’avait pas vu pareil spectacle depuis les obsèques des derniers dirigeants de l’Union soviétique. A croire que Charlie Hebdo ignorait tout du stalinisme, des goulags, de l’effondrement de l’URSS et du dernier score du candidat communiste à la présidentielle (Marie-George Buffet, 1,93%, en 2007). Il faut s’indigner contre le terrorisme, contre l’islamisme, pleurer toutes les victimes de ces petits délinquants devenus guerriers d’Allah et tueurs de mécréants ; il faut se mobiliser pour la liberté d’expression (de toutes les expressions) qui est mise à mal aussi bien par ces Islamistes que bien souvent par nos propres dirigeants. Mais cette « Charliemania » qui veut que chacun se proclame « Charlie » lui-même est délirante et relève d’une escroquerie évidemment fomentée, organisée, encadrée par le gouvernement lui-même et naturellement à des fins purement électorales. Charlie Hebdo n’était ni le symbole de la presse libre, objective et de qualité, ni celui de « la France de Voltaire », c’était un repaire de trotskistes dépités et de staliniens entêtés. Certes, ils avaient, comme nous tous, parfaitement le droit de s’exprimer et leur massacre est une monstruosité qu’il faut, bien sûr, dénoncer mais ces « martyrs de la presse satirique » seraient les premiers à rigoler s’ils apprenaient que, grâce à leur sacrifice, François Hollande a déjà gagné 8 points dans certains sondages et qu’un éditorialiste toujours à la mode (de RTL) déclarait ce matin que « Grâce à ces événements tragiques, François Hollande est enfin devenu un vrai président et Manuel Valls un vrai Premier ministre ». Comme toutes les modes, on veut espérer que la Charliemania va rapidement disparaitre et avec elle cette fausse union nationale dont le gouvernement use et abuse. Mais ces journées resteront, sans doute, dans l’Histoire comme l’une des plus grandes opérations de manipulation du peuple français. On savait que Hollande et Valls étaient de grands communicants. Ils se sont surpassés cette semaine… " Je serais ravi d'en débattre, le sujet me semble le justifier, non ?
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Format : Talkshow
Treatment : Debate
Activity sector : Newspapers
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (1)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?

Voici le type de messages que je reçois dans ma messagerie, repris pour cet exemple du blog de l'excellent journaliste Thierry Desjardins, dont la liberté de ton et le phrasé incisif me plaisent beaucoup en ce moment : 

Charliemania et manipulation

"En France, il suffit de mourir pour devenir, dès le lendemain, dans toutes les notices nécrologiques de tous les journaux, un « grand homme » qui aura été, c’est selon, « le plus grand écrivain », « le plus grand chanteur », « le plus grand acteur », « le plus grand metteur en scène »… du siècle, pour ne pas dire de tous les temps. Même les hommes politiques ont toujours droit, pourvu qu’ils soient bien morts, à un hommage appuyé sur leur « haute valeur morale » et leur « sens de la patrie », voire même « du sacrifice ». Tous seront, en tous les cas, « une perte irréparable pour la France ».

Cette vieille tradition, typiquement française, est plutôt « gentille », carrément ridicule, mais ne fait de tort à personne et prouve qu’au fond nous regrettons souvent d’avoir été parfois méprisants avec tous ces gens durant leur vivant, ou même de les avoir totalement ignorés.

Avec l’assassinat des caricaturistes de Charlie Hebdo, nous sommes allés encore plus fort dans ces délires mortuaires. Cet hebdomadaire n’avait plus de lecteurs, était au bord du dépôt de bilan, paraissait à tous totalement démodé, « ringard », d’une autre époque, celle de mai 68, et ses vieilles stars, fatiguées, avaient, l’âge venu, remplacé leur joyeuse rigolade anarchiste d’antan par la vulgarité souvent scatologique, l’injure généralement gratuite et la provocation toujours commerciale qui le plus souvent tombaient à plat.

Il ne suffit pas de traiter le monde entier de « gros cons » ou de « gros cul » pour avoir du talent. Le problème de Charlie Hebdo était que, n’étant plus drôle, il n’amusait plus personne et sentait davantage l’aigreur haineuse que les parfums de l’intelligence.

Mais ces pauvres types ont été massacrés dans des conditions épouvantables par d’ignobles fous furieux qui leur reprochaient d’avoir publié des caricatures du Prophète lesquelles, il faut oser le dire, n’étaient même pas très drôles. Du jour au lendemain, ces caricaturistes sont donc devenus des héros nationaux, des martyrs de la presse et leur journal a été déclaré « symbole de la liberté d’expression », de « la France de Voltaire ». Des millions de Français qui n’avaient jamais lu Charlie Hebdo et dont certains ignoraient même l’existence se sont mobilisés pour hurler leur indignation (légitime) aux cris (stupéfiants) de « Je suis Charlie ».

Depuis, les hommages officiels se multiplient. Ce matin, les trois chaines d’information, LCI, I-Télé et BFM, ont diffusé en direct toutes les obsèques de Charb, le directeur de Charlie Hebdo. Cela a commencé par… l’Internationale, puis Mélenchon, la gorge serrée, tenta de faire du Bossuet avant que Laurent, le premier secrétaire du Parti communiste,  les larmes aux yeux, ne rende un interminable hommage à son « camarade ». Le tout sous les regards attristés de trois ministre de la République, Mmes Taubira, Pellerin et Vallaud Belkacem.

On n’avait pas vu pareil spectacle depuis les obsèques des derniers dirigeants de l’Union soviétique. A croire que Charlie Hebdo ignorait tout du stalinisme, des goulags, de l’effondrement de l’URSS et du dernier score du candidat communiste à la présidentielle (Marie-George Buffet, 1,93%, en 2007).

Il faut s’indigner contre le terrorisme, contre l’islamisme, pleurer toutes les victimes de ces petits délinquants devenus guerriers d’Allah et tueurs de mécréants ; il faut se mobiliser pour la liberté d’expression (de toutes les expressions) qui est mise à mal aussi bien par ces Islamistes que bien souvent par nos propres dirigeants. Mais cette « Charliemania » qui veut que chacun se proclame « Charlie » lui-même est délirante et relève d’une escroquerie évidemment fomentée, organisée, encadrée par le gouvernement lui-même et naturellement à des fins purement électorales.

Charlie Hebdo n’était ni le symbole de la presse libre, objective et de qualité, ni celui de « la France de Voltaire », c’était un repaire de trotskistes dépités et de staliniens entêtés. Certes, ils avaient, comme nous tous, parfaitement le droit de s’exprimer et leur massacre est une monstruosité qu’il faut, bien sûr, dénoncer mais ces « martyrs de la presse satirique » seraient les premiers à rigoler s’ils apprenaient que, grâce à leur sacrifice, François Hollande a déjà gagné 8 points dans certains sondages et qu’un éditorialiste toujours à la mode (de RTL) déclarait ce matin que « Grâce à ces événements tragiques, François Hollande est enfin devenu un vrai président et Manuel Valls un vrai Premier ministre ».

Comme toutes les modes, on veut espérer que la Charliemania va rapidement disparaitre et avec elle cette fausse union nationale dont le gouvernement use et abuse. Mais ces journées resteront, sans doute, dans l’Histoire comme l’une des plus grandes opérations de manipulation du peuple français. On savait que Hollande et Valls étaient de grands communicants. Ils se sont surpassés cette semaine…"

Je serais ravi d'en débattre, le sujet me semble le justifier, non ?

Keywords:  charlie hebdo
Related expertises: 

Autres articles sur la récupération : 

Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Dominique Rabeuf: Desjardins caricaturé par Desjardins.Les panégyriques mortuaires comme caractéristique française ?Des trotskistes et des staliniens chez Charlie Hebdo ?Une presse objective de qualité ? Où cela ??L'opportunisme de la république omniprésente ! OUIL'emmerdant, ce n'est pas seulement la Rose, Jeanne d'Arc et la Croix de Lorraine, c'est l'ensemble des républicains français, leurs falsifications de l'histoire, leurs emblèmes ridicules, leurs valeurs imaginaires, leur divorce blanc avec les religions, leur obstination antilibérale et liberticide, leur corruption permanenteJ'ai oublié les pastèques (les verts / rouges), je ferai cela plus tard.