Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
Transformation numérique, IT
& Social business
Entreprises et
marchés professionnels
Entrepreneuriat, Innovation
et Recherche
Ressources Humaines
et Management
Tactiques décisionnelles et fonctions stratégiques
(e)Marketing,
communication(s)
Trouvailles et
tendances caféinées
Économie et Société
Politoscope
  64% de sites web en France - contre 85% en UK et Allemagne… Part de la pub digitale : 20% de part de budget en investissement publicitaires en France - contre 40 à 45% en UK et Allemagne. Constat : l a France est en retard dans la transition numérique des TPE/PME par rapport à ses voisins Européens. Uber, c'est le Big Bang qui fait mal, très mal. Parce qu'un changement aussi disruptif, on l'embrasse toujours trop tard. L'accompagnement étatique dans ce contexte ? - C'est le changement qui ne veut pas faire trop mal, qui se veut un ronronnement tranquille. Finalement, un dispositif à la traîne qui n'a rien vu venir, à force, peut-être, de règlementations castratrices et de volonté de trop bien faire. Les autres pays de l'OCDE, notamment anglosaxons, ont laissé exploser de véritables supernovas de la disruption numérique. Chez nous, le changement subi se transforme en mauvaise nouvelle, en destruction massive de valeur. Alors comment rattraper ce retard ? Avec nous le délégué général de l'association Transition Numérique PLUS, Laurent Pontegnier, qui se prête au jeu des questions-réponses en présence d’Alain Parize, business angel et entrepreneur du numérique mobilisé par le sujet. Où vous pourrez constater qu’il est aussi utile de questionner la séculaire tradition franco-française de l’accompagnement étatique dans nos domaines industriels. Nous proposons là d'interroger le concept même de "transition numérique" : c ar l’économie numérique se pense selon nous autrement. Vos réactions à l'écoute ce sujet nous permettront d’en produire d’autres (avec vous) pour approfondir le débat et contribuer à nourrir nos expériences : n'hésitez pas, c'est de la télé collaborative 100% numérique :-)
Et hop, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Studio Cafeine.tv chez ZDnet, au 122 rue Edouard Vaillant à Levallois
Webcast
notes
Intervenants (3)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Format : Talkshow
Traitement : Analyse de tendance
 
Intervenants :

 64% de sites web en France - contre 85% en UK et Allemagne…


Part de la pub digitale :
20% de part de budget en investissement publicitaires en France -
contre 40 à 45% en UK et Allemagne.


Constat : la France est en retard dans la transition numérique des TPE/PME par rapport à ses voisins Européens.

Uber, c'est le Big Bang qui fait mal, très mal. Parce qu'un changement aussi disruptif, on l'embrasse toujours trop tard.

L'accompagnement étatique dans ce contexte ? - C'est le changement qui ne veut pas faire trop mal, qui se veut un ronronnement tranquille.

Finalement, un dispositif à la traîne qui n'a rien vu venir, à force, peut-être, de règlementations castratrices et de volonté de trop bien faire. Les autres pays de l'OCDE, notamment anglosaxons, ont laissé exploser de véritables supernovas de la disruption numérique. Chez nous, le changement subi se transforme en mauvaise nouvelle, en destruction massive de valeur.

Alors comment rattraper ce retard ?

Avec nous le délégué général de l'association Transition Numérique PLUS, Laurent Pontegnier, qui se prête au jeu des questions-réponses en présence d’Alain Parize, business angel et entrepreneur du numérique mobilisé par le sujet.

Où vous pourrez constater qu’il est aussi utile de questionner la séculaire tradition franco-française de l’accompagnement étatique dans nos domaines industriels.

Nous proposons là d'interroger le concept même de "transition numérique" : car l’économie numérique se pense selon nous autrement.

Vos réactions à l'écoute ce sujet nous permettront d’en produire d’autres (avec vous) pour approfondir le débat et contribuer à nourrir nos expériences : n'hésitez pas, c'est de la télé collaborative 100% numérique :-)


Sujets potentiellement connexes :
  • ZDNet France     
  • Commentaire de Boris Perchat : se porte volontaire pour participerLe numérique en bouleversant la chaine de valeur de pans entier de notre économie nous met face à de nouvelles responsabilités que je nommerais la responsabilité humaine et la responsabilité anthropocentrique des entreprises et qui vont venir à mon sens compléter la RSE, la responsabilité sociétale des entreprises.J'aimerais en outre partager mon regard d'internaute (depuis 1994) et de blogueur (depuis 2006) sur l'étape particulière à laquelle nous sommes arrivés et qui me semble avoir un potentiel aussi important et sinon plus que celle que nous avons connu il y a 20 ans lorsque le web s'est démocratisé. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Excellent, merci Boris, on a va se poser une date de tournage alors, n'hésite pas à m'écrire (en aparté) tes dispo à mi-septembre si tu veux bien. Commentaire de Dominique Rabeuf : Vraiment nouveau ?JDN 11 mars 2002 ExtraitJacques Chirac"Mon projet pour la France numérique"(Interview réalisée par e-mail le 11 mars 2002) Nouvelle économie, e-Transformation, démocratisation de l'Internet, haut débit, Internet et citoyenneté... En mars, le Journal du Net avait interrogé le candidat Chirac sur son projet et ses propositions en matière de développement des nouvelles technologies en France. Sévère pour le bilan du gouvernement ("Je ne me contente pas de la mention passable pour la France"), il plaidait pour la libération de l'esprit d'entreprise et l'implication de l'Etat pour combler la "fracture numérique". Vaste e-programme...En 1995 il y avait eu un discours du même type.Archives plus difficiles à dénicherAuparavant il y a eu les différents plans informatiques depuis 1970.Au final l'industrie informatique et télécoms a quasiment disparu de l'hexagone.Quoi de nouveau en 2015 ?L'univers politique français est toujours habité en quasi totalité par un néant de culture scientifique et technique.Le niveau scolaire en mathématiques est en chute libre depuis longtemps.En France on éduque nationalement on n'instruit plus beaucoup ni enseigne.Ceci expliquant cela. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Dominique il faut vraiment que tu participes aux prochains débats ;-)Par contre là où je ne te suis pas malgré l'uppercut que tu nous infliges ;-) c'est sur le fait que... Ces plans sont bien porté leurs fruits puisque malgré tous ses défauts, la France est quand même loin d'être à la traîne et oui, le grand public est tout de même bien converti dans sa très grande majorité :-)Nous avons néanmoins du retard, et ce serait bien de réfléchir aux bonnes manières de le combler ?