Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Les projets de réseaux sociaux (RSE) se multiplient aujourd’hui au sein des organisations. Ils répondent soit à un besoin local autour des problématiques de mise en relation ou de partage d’information qui ne sont pas adressées de manière assez souple ou avancée par l’organisation actuellement. Ce sont donc souvent les fruits d’initiatives locales afin de lancer un projet rapidement, de manière autonome et flexible.  Mais nous assistons aussi à un moment où les organisations réfléchissent et cherchent la stratégie à adopter afin d’en tirer le plus de bénéfices possibles mais aussi afin de réduire les coûts. Il va donc s'agir dans cette série de comprendre, à travers 5 volets, comment la question du RSE en tant qu'outil doit être dépassé pour se tourner vers un véritable projet de transformation de l'organisation. Les 5 volets de l'approche : VISION STRATEGIQUE IMPACTS ORGANISATIONNELS  ASPECTS TECHNIQUES VISION "USAGES"  DIMENSION CULTURELLE
All subjects with videos within this series:
  • Here's my feedback:
    I transmit my opinion: I find this subject...




    Misc infos
    Location : http://techtoc.tv/plan-d-acces
    Webcast
    notes
    Slides
    Speakers (12)
    AUDIENCE
     
    Format : Talkshow
    Treatment : Strategic recommendation
     
    Speakers :
    Arnold Aumasson, PAC
    Senior Vice Presiden en charge d'un cabinet d'analyses e...
    Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
    Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
    Vincent Berthelot, Conseil Web social et fonction RH dans un g...
    Conseiller et expert en utilisation du web social pour le RH
    Julien Ibos, Assemblée Nationale
    Attaché parlementaire
    Laurent Piquemal, Synergie Informatique
    DG
    Olivier SOYER, WEBCASTORY
    Vidéaste passioné !
    Sandrine VANDROUX, Assistante RH
    anne fichou, présence
    DGA

    Les projets de réseaux sociaux (RSE) se multiplient aujourd’hui au sein des organisations.

    Ils répondent soit à un besoin local autour des problématiques de mise en relation ou de partage d’information qui ne sont pas adressées de manière assez souple ou avancée par l’organisation actuellement. Ce sont donc souvent les fruits d’initiatives locales afin de lancer un projet rapidement, de manière autonome et flexible.

     Mais nous assistons aussi à un moment où les organisations réfléchissent et cherchent la stratégie à adopter afin d’en tirer le plus de bénéfices possibles mais aussi afin de réduire les coûts.

    Il va donc s'agir dans cette série de comprendre, à travers 5 volets, comment la question du RSE en tant qu'outil doit être dépassé pour se tourner vers un véritable projet de transformation de l'organisation.

    Les 5 volets de l'approche :

    • VISION STRATEGIQUE
    • IMPACTS ORGANISATIONNELS 
    • ASPECTS TECHNIQUES
    • VISION "USAGES" 
    • DIMENSION CULTURELLE
    For further details, see "Related subjects" tab
    Share the link:
    Connected subjects:
  • Comment from Olivier Réaud: souhaite assister à ce tournageUn sujet coeur de métier pour mon organisation et moi même. Comment from : se porte volontaire pour participerQuestion que j'essaie de traiter dans mon travail. Comment from Laurent Le Besnerais: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationje pourrai peut être me rendre disponible pour venir en direct le matin.. ce genre de thématique m'interpelle fortement, sachant que je m'y investit déjà dans le cadre associatif Comment from Grégory MAUBON: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationMerci pour l'invitation, je suivrai le débat en livestreaming Comment from Grégory MAUBON: a répondu à l'invitation : Désolé, mais je ne pourrai pas participer à ce tournageSerai en Martinique ... Biz Comment from Philippe Colin: se porte volontaire pour participerBonjour,Fondateur d'IteXium, notre société a rejoint EI Technologies, un groupe français et indépendant de Conseil et de Services en Systèmes d'Information qui compte 250 personnes.Notre mission est directement liée aux ruptures dans les usages, aux évolutions technologiques constatées autour des Systèmes d'Informations et aux opportunités économiques qu'elles procurent.Biographie expressAprès avoir dirigé l’offre portails chez CSC pendant 9 ans, Philippe Colin a fondé en 2007 IteXium, un cabinet de conseil et de services spécialiste des nouvelles technologies, avec une offre majeure autour d’intranet et des portails d’entreprise. Il dirige avec ses équipes des missions et projets innovants et développe également les domaines de compétences concernant le web 2.0 et les réseaux sociaux d'entreprises. Sa vision globale et son orientation résultats permettent à ses clients de créer une dynamique dans la maîtrise des nouveaux usages des medias sociaux. Aujourd’hui, il continue d’accompagner la transformation numérique des entreprises au sein du groupe EI Technologies.Intervenant régulièrement comme conférencier dans les salons professionnels et auteur de nombreux articles sur ces différents thèmes, il est reconnu comme expert dans la conduite et l’accompagnement du changement autour des projets IT. Comment from Martine OTTER: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationBonjour,j'assisterai bien volontiers à cet événement et je bloque donc la date dans mon agenda.Cordialement Comment from Brigitte Dubreucq: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationBonjour Frédéric, je serai à Biarritz, mais je garde la matinée pour assister en Web aux conférences de la manibée, même si je crains qu'elles se chevauchent. Je vais aller regarder de plus près les horairesCordialement,Brigitte Comment from Céline Frontera: se porte volontaire pour participerL'introduction d'un RSE en entreprise n'est pas la mise en place d'un simple outil, cela entraîne un bouleversement des relations personnelles. La direction et les RH doivent absolument anticiper et préparer cela avec l'ensemble des managers et des futurs utilisateurs de ce RSE : objectifs de l'outil, méthode d'utilisation, charte de comportement, etc... Sans ce travail préalable les résultats ne seront pas ceux attendus et le risque est que la direction décide d'arrêter son utilisation, parce qu'elle se trouvera débordée par la liberté d'expression qu'elle a ouverte ou au contraire parce qu'elle n'arrivera pas à mobiliser les salariés dans son utilisation Comment from André BROUCHET: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationJ'ai bloqué ma journée... Histoire de se connaître un peu mieux ! Me donner l'adresse merci. Comment from Annie Gourbillon-Faucher: souhaite assister à ce tournageen pleine reflexion dans mon entreprise Comment from Estelle FLAUJAT: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationMerci pour l'invitation. Comment from Stéphane Brassart: trouve ce sujet : Excellent !Sujet important Comment from Mélissa ALDANA: a répondu à l'invitation : Désolé, mais je ne pourrai pas participer à ce tournageBonjour,Je ne pourrai malheureusement pas assister à l’évènement pour cause de déplacement. En revanche je suis très intéressée par tous les sujets qui traitent sur les nouveaux enjeux du mobile.Mélissa Comment from Cyrille DEVENDEVILLE: a répondu à l'invitation : Désolé, mais je ne pourrai pas participer à ce tournageAvec toutes mes excuses et en vous remerciant de cette invitation fort intéressante. Comment from Arnaud DERATHE: a répondu à l'invitation : Je voudrais bien venir, mais je ne puis confirmer avec certitude...Merci de cette invitation, le sujet cadre totalement avec mes préoccupations actuelles, notamment en ce qui concerne l'évolution des modes de management et peut-être de comptabilité associés, lorsque la comptabilité en "silo" se heurte à une volonté de mutualisation et donc de partage des compétences/expertises, etc au sein d'un groupe. Les questions qui me viennent à l'esprit seraient :- Comment conserver la visibilité qu'apporte cette comptabilité sans mettre en concurrence des services qui doivent oeuvrer pour le bien de la structure globale.- Comment valoriser l'apport d'une filiale à une autre lorsque leurs indicateurs (budgétaires, qualité...) sont distincts? - Comment libérer, valoriser et optimiser le temps de la collaboration et de l'innovation, lorsque les fiches de postes et les critères d'évaluation ne prennent pas en compte ces dimensions ? - Comment ne pas basculer dans l'extrême inverse en perdant de vue sa mission, son produit, son cœur de métier?En deux mots comment articuler la maitrise (management) d'un processus de production (de produit, service...) et le "guidage" (leadership) , l'optimisation de processus créatifs qui remettent en cause cette maitrise (en faisant évoluer les procédures, les produits, les modes d'organisation...) Comment from Dominique QUEFFELEC: a répondu à l'invitation : Désolé, mais je ne pourrai pas participer à ce tournageMerci pour cette invitation. Comment from NDARY FALL: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationmerci Comment from CHRISTIAN PLAETEVOET: je n'arrive pas à savoir ou se situe la manifestation pour pouvoir y assister personnellement afin de me faire une idée sur la dynamique du mouvement et sa pérennité Comment from Mouna Doulaki: Bonjour et Merci pour l'invitation Frédéric.Je ne sais pas apporter de réponses aux questions soulevées par vous Arnaud. En revanche j'ai quelques pistes à proposer grâce à l'expérience que je commence à avoir sur le sujet:-centrer le partage sur la résolution d'une problématique et non d'un métier ou d'une compétence-ouvrir autant d'espaces que de problématiques à régler ou plutôt ne pas s'attendre à faire contribuer les collaborateurs de manière efficace sans avoir clairement énoncé le sujet de partage-mettre dans les mains du collaborateur le plus concerné par l'avancée de la problématique le management de l'espace de partage-rendre visible et affirmer dès le départ le soutien de la direction pour que les collaborateurs s'exprimentPour l'aspect "maitrise" et "débordement": J'ai pu constater très vite une auto-censure qui régule les échanges (positivement)... probablement parce que les gens n'ont pas le temps (??).Pour l'aspect "valorisation": la qualité de la contribution semble une clé. Les collaborateurs comprennent vite qu'ils sont sur une "place publique professionnelle" pour les bonnes autant que les contributions moins bonnes (sorte de stimulation qui valorise le contributeur: tout le monde constate que j'ai eu la bonne idée ou que je partage ma connaissance).Pour l'optimisation du temps, je dirai qu'il est très lié à la cohérence entre les personnes mises autour de cette "table" virtuelle d'échanges, leur implication sur le sujet posé et la réelle volonté de chacun de partager sa connaissance. Beaucoup s'accorde à dire qu'on met moins de temps à résoudre / à avancer sur une problématique à plusieurs que seul. Mais pour cela il faut qu'il y ait une réelle nécessité, un réel intérêt individuel (pro) de faire avancer le sujet.La variable sensible à mon sens, c'est qu'on ne maîtrise pas vraiment la volonté des "gens".Je tiens à ajouter que mon retour d'expérience se base sur un réseau pro de petite taille et international. Il est apparu très tôt un bénéfice: celui de partager entre les 4 coins du monde à n'importe quel moment. Donc pour l'instant j'évite toute extrapolation...à propos, quelqu'un sait où a lieu l'enregistrement de cet événement? Comment from Anne Chaurand: souhaite assister à ce tournageBasées sur les nouvelles technologies et le Web 2.0 la plupart des grandes entreprises se posent la question de mettre en place un RSE, mais au delà de l'implémentation technique, il y a le problème de la conduite du changement afin mettre en place une nouvelle façon de communiquer au sein des entreprises et avec son marché. C'est sur ce point que j'aimerai écouter le débat. Comment from MOKHTAR LAMARA: souhaite assister à ce tournageMerci Frédéric! Je ne peux confirmer ma venue aux studios, mais je suivrai les débats en live streaming, lesquels débats ne manqueront certainement pas de pertinence et de vitalité vue l'importance du sujet pour les entreprises.Bon courage à toutes et à tous! Comment from brigitte stroh: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationMerci, le sujet est d'actualité! Comment from brigitte stroh: souhaite assister à ce tournageApres la montée en puissance aupres du grand public, les reseaux sociaux sont en train de transformer la relation client des entreprises.... Regarder comment ce nouvel outil va penetrer les entreprises me parait donc un sujet d'actualité, toujours interessant a suivre dans mon activite d'accompagnement au changement.Ou se passe le tournage? En fonction je pourrais y assister ou le suivre en live streaming. J'ai bloque le creneau dans mon agenda. Comment from Isabelle DOLLO: souhaite assister à ce tournageEn live streaming ou dans le public, selon vos dispo, mais à partir de 10h seulement.Merci ! Comment from benoit rousseau: se porte volontaire pour participerLes entreprises sont séduites par le concept d’« entreprise 2.0 ».Pour se lancer dans cette démarche de changement, il faut, bien entendu au préalable la volonté affirmée de la direction, et plus concrètement, se poser les bonnes questions afin de réussir sa mise en œuvre. Comment from benoit rousseau: trouve ce sujet : Excellent !Les entreprises sont séduites par le concept d’« entreprise 2.0 ».Pour se lancer dans cette démarche de changement, il faut, bien entendu au préalable la volonté affirmée de la direction, et plus concrètement, se poser les bonnes questions afin de réussir sa mise en œuvre. Comment from vincent IACOLARE: a répondu à l'invitation : Désolé, mais je ne pourrai pas participer à ce tournageMerci d'avoir pensé à moi. je ne suis pas disponible à cette date. Comment from vincent IACOLARE: je trouve ce sujet intéressant. Mais de mon point de vue il doit être traité au delà de l'aspect "outils". Le fonctionnement d'un RSE passe d'abord par la définition d'une stratégie claire, puis la sensibilisation des acteurs concernés (sur les tenants et aboutissants) puis par la mise en place 'un mode de fonctionnement performant et pertinent (en phase avec la stratégie) . enfin viennent les outils pour fluidifier les échanges, la mise en oeuvre, la performance, .... Comment from Sophie Januel: a répondu à l'invitation : Je voudrais bien venir, mais je ne puis confirmer avec certitude...Bonjour Fred, Toujours surbookée. Je vais tentée de modifier mon emploi du temps.Sinon je te prépare de nouveaux sujets. Keep in touch du nouveau d'ici trois semaines : thématique art digital et "entreprise agile" ;)Bon dimanche Comment from : a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationMerci de l'invitation ! Comment from Arnaud DERATHE: Bonjour, Comment accéder au live streaming ? Arnaud Comment from Catherine Ledoux: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationJe partciperais volontier à cette emission. Pouvez-vous m'envoyer le lien?Merci C Ledoux Comment from Jean Fréor: Bonjour à tous : désolés, les plateaux sont tout juste sur le point de commencer !Merci pour votre patience, le live est disponible dans cette même page (http://techtoc.tv/lecko1) Comment from : au contraire on a tout entendu Comment from Jean Fréor: eh oui, c'est un nouveau concept : on entend les intervenants dire des bêtises devant leur café avant même que les plateaux ne commencent, c'est ainsi plus convivial ;-)Sinon, pour les gens qui n'auraient pas encore le chat live dans la page, merci de bien vouloir la recharger... Comment from MOKHTAR LAMARA: Bonjour à tous, les débats sont passionnants je suppose Comment from Pedro ABRANTES: Les API ont toujours existé. Elles sont plus abordables au travers de technologies moins nombreuses et plus documentées. Comment from : un peu fataliste comme discours non ? Comment from Pedro ABRANTES: Le RSE n'est pas une fin en soit. A ce titre un standard n'a pas de sens. Ce ne sera qu'un outil au service de l'entreprise. Comment from Pedro ABRANTES: Nous partons d'un existant en silo donc chacun est propriétaire de son annuaire. Cela a-t-il un sens de partager les informations ? Si oui alors l'annuaire suivra. Si non alors on aura au minimum 3 annuaires : collaborateurs internes, clients et autres externes. Comment from Pedro ABRANTES: S'il vous plait demandez à Alain de ne pas présenter "Un standard" comme une solution à tous les problèmes. C'est utopiste, puisqu'il y a autant de solutions que de cas pratiques réels. Comment from Pedro ABRANTES: L'API est la meilleure manière de créer un écosystème propriétaire (Y compris dans le libre) avec son périmètre financier. Comment from Pedro ABRANTES: Le problème de l'existant est culturel en France. Nous ne sommes pas capable comme les américains de repartir à zéro et remonter un SI plus adapté. Comment from MOKHTAR LAMARA: Même avec un standard et des normes bien déterminées, on aura toujours besoin d'une autorité de régulation: le reste est une question de culture et là, c'est le problème numéro un pour les entreprises 2.0 Comment from Pedro ABRANTES: Ne confondez pas standard de fait et nécessité absolue d'intégration. Ce n'est pas la même chose. Comment from MOKHTAR LAMARA: Tout à fait d'accord! Comment from MESSIN Jean-Michel: La meilleure solution pour les entreprises qui ont un "passif" informatique trop lourd reste la plateforme externalisée, mais les offres sont trop peu nombreuses Comment from Pedro ABRANTES: Même pas en rêve le paiement. Comment from Pedro ABRANTES: Le SaaS transforme le métier mais n'annule pas le métier. Comment from Pedro ABRANTES: La réponse est NON. Le DSI est obligatoire. Il est le maître de l'information. Ouvrir un espace de travail solo cela marche le faire sur une organisation avec une dizaine de personnes c'est juste un non sens. Donc c'est toi qui joue le rôle de DSI. Comment from MOKHTAR LAMARA: Oui mais, il faut avancer, à une certaine étape revenir en arrière est absurde Comment from Pedro ABRANTES: Le DSI est responsable de la pérennité des informations et leur accès immédiat. Comment from Pedro ABRANTES: Vous oubliez le bon sens. Un bon outil, n'est pas obligatoirement issue de la DSI mais il doit-être partagé et sécurisé. Comment from Pedro ABRANTES: Alain confond le rôle d'intégrateur et celui de responsable de l'information au sens Master Information Comment from MESSIN Jean-Michel: On parle de collaboratif, d'échange et vous parlez d'exlure des projets RSE une composante importante de l'entreprise qui est la DSI. ??? Comment from MESSIN Jean-Michel: Plutôt que de se passer de la DSI, il faut qu'elle évolue, si ce n'est déjà pas le cas. Comment from Pedro ABRANTES: Le collaboratif est l’antithèse du Taylorisme. Le RSE est une des composantes. Comment from Pedro ABRANTES: SaaS n'a jamais eu pour vocation d'éliminer la DSI. c'est une autre façon d'apporter une solution à un problème de complexité. Comment from MOKHTAR LAMARA: On parle de transformer l'entreprise, en plus de l'innovation qui, elle, est là, il s'agit de s'approprier les mecanismes qui régissent les liens de toutes les actions collaboratives qui feront de l'humain un éternel créateur. L'essentiel, c'est de permettre à l'entreprise 2.0 de créer de la valeur et là, je suppose que tout le monde sra d'accord. Comment from Pedro ABRANTES: N'oubliez pas que l'intégration du social répond à des besoins - d'une part cela permet de reconnaitre l'humain dans l'entreprise mais aussi de modéliser l'activité humaine dans la création de valeur. Comment from Pedro ABRANTES: Le manque de schéma directeur, tout comme le Business Plan pour le management, c'est le doublement du coût du SI. Comment from Pedro ABRANTES: Vous oubliez la notion d'information structurée et non structurée. Dans cette deuxième catégorie la gestion de la connaissance interne et externe est une problématique très peu adressée. Comment from Pedro ABRANTES: L'urbanisation permet d'avoir une utilisation commune d'outils et de solution... de faire en sorte que les collaborateurs n'utilisent pas n'importe quelle solution qui lui convient et qui ne serai pas maîtrisé par l'entreprise. Comment from Pedro ABRANTES: Le réseau sociale est une façon de récolter, de partager, de l'information hors des canaux internes. Comment from MOKHTAR LAMARA: Oui, et là 'information non structurée peut nuire à l'entreprise, les réseaux sociaux par exemple, restent un problème pour l'entreprise 1.0 Comment from Pedro ABRANTES: Attention quel est la limite des informations que l'on est en mesure de partager avec les autres. A nouveau le rôle du DSI et du responsable de la sécurité prend tout son sens. Comment from Frédéric BASCUNANA: "sureté" au lieu de sécurité nous dit Alain ;-) Comment from MOKHTAR LAMARA: Comment gérer le trop plein d'information pour l'entrisprise? Le DSI peut être dépassé, le coût des solutions passe la balanc Comment from MOKHTAR LAMARA: passe par la balanc Comment from MOKHTAR LAMARA: passe la balance élevée des budget Comment from MOKHTAR LAMARA: des budgets, je parle des PME biensûr Comment from Pedro ABRANTES: N'oubliez pas que 95% des informations est disponible sur les médias. Ce sont les 5% qui restent qui peuvent apporter une position dominante. Comment from Pedro ABRANTES: La multiplication des solutions social actuelles ne durera pas car elle sont trop nombreuses. Comment from MOKHTAR LAMARA: Information non structurée et donc ne peut pas tjrs convenir à l'entreprie Comment from Pedro ABRANTES: Attention la mise en place d'un RSE ne donne pas la solution aux problèmes de l'entreprise. Éventuellement, elle met en valeur ces problèmes mais ne les résous pas. C'est l'humain qui résout les problèmes. Comment from Frédéric BASCUNANA: exactement ! Comment from MOKHTAR LAMARA: la seule richesse Comment from Pedro ABRANTES: Parce que l'humain ne cherche pas à évoluer tant que la situation est en équilibre. Seul le manque et/ou le déséquilibre demande une correction qui apporte une solution. Nous manquons de visibilité, de "vista" sur ce qui va se produire. Comment from Arnaud DERATHE: L'outil n'est qu'un moyen, voir un prétexte pour repenser les interactions / modes de fonctionnement de l'entreprise. Le RSE n'est qu'un moyen pour créer les connexions nécessaires aux collaborateurs pour obtenir les informations nécessaires à leur action (écoute, veille...) Comment from Pedro ABRANTES: Anticiper est une fonction très peu couverte par l'organisation. Comment from Pedro ABRANTES: Promis la prochaine fois je viendrait sur le plateau. Comment from MOKHTAR LAMARA: Merci à tous! c'est passionnat en effet Comment from Frédéric BASCUNANA: plateau gouvernance dans 2minutes ! Comment from Karine Durand-Garçon: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationBonjour, Pas de son chez moi pour le moment. Normal ? Comment from Pedro ABRANTES: Oui, cela arrivera dès qu'ils débuteront. Comment from Karine Durand-Garçon: ok merci Comment from Pedro ABRANTES: ça freeze Comment from Pedro ABRANTES: L'entreprise dispose d'outils autour d'elle. La question de la Gouvernance est de savoir lesquels utiliser pour atteindre ses objectifs.. Comment from Pedro ABRANTES: Le challenge de la génération de l'entreprise actuelle est l'utilisation "de l'agilité" pour gagner des parts de marché. Comment je peux m'adapter plus vite à mon marché en peu de temps. Comment from Pedro ABRANTES: Il n'y a pas de problème des jeunes. Culturellement nous n'avons jamais éduquer les collaborateurs à prendre la parole et à maîtriser leur implication dans un échange public. Comment from Pedro ABRANTES: Nous avons demandé pendant des siècles de réaliser des tâches aux collaborateurs. Aujourd'hui ce n'est plus suffisant. Il faut que les collaborateurs deviennent des participants à tous les processus. Comment from Pedro ABRANTES: Cela dépend du Dirigeant. Beaucoup sont incapables de gérer cette participation des collaborateurs. Mais la future génération d'entreprise sera composée de nucléides qui travailleront ensemble qu'ils soient internes ou externes. Comment from Arnaud DERATHE: ...ce qui implique un certain partage de l'information et du pouvoir de décision par les échelons intermédiaires... (ordonnateur => canalysateur/animateur) Comment from Karine Durand-Garçon: comment passer du top down au bottom up --> j'écoutais hier soir Florence Devouard qui a présidé Wikipédia foundation. Elle parle de lâcher prise, de confiance à priori, de principe de subsidiarité, de management par le non agir... Comment from Pedro ABRANTES: Un vrai partage de la responsabilité et du pouvoir de faire des choix organisés. Comment from MOKHTAR LAMARA: Il faut comprendre qu'il faut en finir aver le modèle taylorien rigide; il faut plus de souplesse, d'agilité et de flexibilité pour s'intégrer dans un monde en pleine mutation Comment from Pedro ABRANTES: Un capitaine d'un navire peut-il faire avancer son bateau dans la tempête ? Oui, c'est la même chose en entreprise. Comment from Karine Durand-Garçon: Les conventions peuvent dépendre de la nature du projet.. Comment from Pedro ABRANTES: Les conventions doivent dépendre du projet et être adaptées en conséquence. Comment from MOKHTAR LAMARA: Parce qu'il faut un chef pour prendre des décisions( les bonnes) Comment from Karine Durand-Garçon: les chefs ne prennent pas toujours de bonnes décisions (ça se saurait :) ) Comment from Karine Durand-Garçon: il y a-t-il une suite ? Comment from Pedro ABRANTES: J'ai l'habitue de dire à mes étudiants : vous devez prendre 10 décisions par jour. 5 seront médiocres et elles auront peu d’impacts. Il faut faire en sorte d'en faire 3 très bonnes qui pallieront les 2 mauvaises. Comment from MOKHTAR LAMARA: effectivement et c'est le rôle que doivent jouer tous les collaborateurs car dans un navire comme en entreprise tous le monde est concerné par un éventuel naufrage Comment from Pedro ABRANTES: Oui cela va redémarrer dans quelques minutes. Comment from Pedro ABRANTES: Sauf que nous ne préparons pas nos collaborateurs à ce rôle et que beaucoup de dirigeants ne souhaitent pas ce type de collaborateurs. Comment from Karine Durand-Garçon: oui effectivement, mais dans un navire dans la tempête, le skipper a intérêt à être écouté sinon... Comment from Pedro ABRANTES: Tout à fait Comment from Karine Durand-Garçon: Sauf que manager ne devrait pas se faire que dans des tempêtes, au contraire Comment from MOKHTAR LAMARA: Donc une bonne gouvernance passe tous les niveaux Comment from Arnaud DERATHE: ...l'idée est de mettre à disposition des décideurs tous les liens (internes et externes) pour lui permettre de prendre la "bonne" décision. Il faut un décideur, mais il faut lui donner les moyens de la décision. Comment from MOKHTAR LAMARA: Je dois quitter toutes mes excuses Comment from Karine Durand-Garçon: interruption pub ! Comment from Pedro ABRANTES: Évidement mais la notion de cadre (au sens responsables encadrants) a volé en éclat au moment où il a été décidé que tous les diplômés devenaient systématiquement des cadres. Comment from Karine Durand-Garçon: pas top les pubs pendant un direct :s Comment from Pedro ABRANTES: Je suis contre cette notion d'animateur. Qui prend le pas entre le cadre fonctionnel et le chef de projet. Comment from Pedro ABRANTES: Le porteur doit-être porté par celui qui a la responsabilité. Mais le support d'un acteur de niveau DG/PDG est devenu obligatoire pour donner du poids au projet. Comment from Pedro ABRANTES: Certes mais c'est que cela représente une solution à un besoin réel de partage de l'information. Comment from Pedro ABRANTES: Cela ne remplace pas une vision stratégique. C'est un pi-salé pour répondre à un problème au quel la DSI n'a pas su trouver une solution simple et rapide. Comment from Pedro ABRANTES: Donc le sponsor c'est la réponse au manque de pouvoir des gens qui ont des idées pertinentes... C'est dommage d'en arriver là !! Comment from Karine Durand-Garçon: se demande quelle valeur les réseaux sociaux peuvent apporter... #perplexe Comment from Pedro ABRANTES: Les réseaux permettent de toucher très rapidement une personne qui peut avoir une solution, une partie de réponse, un contact qui a la réponse à un problème rencontré. Il permet de rapprocher des humains entre eux pour faire émerger une réponse à une problématique. Y compris de faire parler ses clients ou prospects. Comment from Pedro ABRANTES: Ce n'est que la continuité de la gestion de connaissance et de la veille. Comment from Karine Durand-Garçon: je suis assez d'accord, mais est-ce que les pratiques sont suffisamment mures pour retirer cette valeur la aujourd'hui ; car le prérequis pour retirer cette valeur serait que chaque individu sache partager ouvertement (1) son activité (2) ses centres d'intérêts (3) les problèmes qu'il rencontre Comment from Arnaud DERATHE: Est-ce qu'il ne vient pas aussi bouleverser le KM et la veille en posant que l'important n'est plus l'accès à l'information par le stockage mais l'accès à la personne ? Au lieu de disposer d'un grand frigo plein d'information (que l'on peut mal interpréter, utiliser...), de disposer de liens permettant de mettre en place un partenariat avec celui qui dispose de l'information. Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] Arnaud Comment from Pedro ABRANTES: Assez d'accord avec vous. C'est le traitement qui va faire la différence. Comment from Pedro ABRANTES: Seuls les entreprises qui imposent leurs produits ou services peuvent se passer des avis des clients. Comment from Pedro ABRANTES: Le web n'apporte qu'une solution technique à une problématique d'entreprise. Comment from Arnaud DERATHE: on le voit avec des entreprises qui passent d'une logique d'étude de marché à une logique d'intégration du client dans la conception...('facile' en B2B mais très complexe en B2C à cause des volumes) Comment from Pedro ABRANTES: C'est la génération de l'EGO mis en valeur Comment from Arnaud DERATHE: ...mais on impose pas ses produits très longtemps, ou alors on a un "géni" à la tête de l'entreprise et celle-ci n'aura pas les moyens de résister à son départ... Comment from Pedro ABRANTES: Tous même les métiers manuels qui profitent des retours d'expériences des autres Comment from Pedro ABRANTES: Regarder le cas Apple en tant que client je n'aurais jamais laissé sortir le produit iPhone tant que la batterie ne permet pas d'alimenter au moins 3 jours. Comment from Pedro ABRANTES: Des batteries de 12 à 24h c'est une régression. Comment from Pedro ABRANTES: L'administration aussi doit être agile. Nous le voyons avec la gestion de la dette. Comment from Arnaud DERATHE: +1 perdro Comment from Pedro ABRANTES: Malheureusement, l'entreprise ne vient a ces idées qu'en cas de difficultés. Alors qu'une vista du futur lui permettrai d'anticiper ou d'éviter les difficultés Comment from Pedro ABRANTES: 2 Comment from Pedro ABRANTES: Nous sommes très en retard Comment from Karine Durand-Garçon: disons qu'il faut laisser le temps aux gens de maîtriser le truc et ça c'est pas le temps d’exécution d'un install.exe Comment from Pedro ABRANTES: Nous parlons d'outils qui répondent à des besoins. Ce ne sont pas des fins en soit. Il faut commencer par revoir la formation des manager. Cela sous-entend, hors précurseurs, qu'il va falloir attendre une ou deux générations de manager pour que cela se diffuse largement. Comment from Karine Durand-Garçon: pas d'accord Pedro.. personnes ne sait exprimer un besoin sur les réseaux sociaux, il faut inverser la démarche plutôt. Il faut permettre d'expérimenter et puis ensuite on voit ce que ça donne, ensuite on ajuste... Comment from Arnaud DERATHE: On peut expérimenter, mais pas sans un engagement et une stratégie au plus haut niveau (stratégie SI mais surtout RH/management) Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] LilbEtag Comment from Pedro ABRANTES: LilbEtag. En 20 ans d'accompagnement de startup dans le nouvelles technologies. J'ai vu plus de sociétés nouvelles disparaitre que d'anciennes... et des très bonnes (qui apportaient de vraies solutions pertinentes). Comment from Arnaud DERATHE: L'idée est d'articuler un mode de management hiérarchique 'traditionnel" qui est le garant de la production, et un mode "participatif" qui est le moteur de l'évolution/du changement Comment from Pedro ABRANTES: Très bien d'utiliser les traceurs d'activité. Mais quand on sait que moins d'une entreprise sur dix lie ses traces. Cela fait peu. Comment from Arnaud DERATHE: "le ROI de ta mère" j'adore ! Comment from Karine Durand-Garçon: lol moi aussi Comment from Pedro ABRANTES: Ce n'est pas le propos de ce débat mais oui je peux produire une liste de nom. Comment from Karine Durand-Garçon: stop la polémique Lil Comment from Pedro ABRANTES: Webtrends le proposait, le traçage de la circulation des utilisateurs, dès le début des années 2000. Qui a utilisé cette opportunité ? Quasiment personne. Comment from Pedro ABRANTES: Il ne suffit pas d'avoir accès aux solutions techniques. Il faut avoir envie ou besoin de les utiliser. Comment from Pedro ABRANTES: C'est la question qui est posée plus largement avec l'utilisation des cookies. Comment from Pedro ABRANTES: Et qui va probablement donner une loi absurde. Comment from Karine Durand-Garçon: C'est pas de la confiance ça Lil, je dirais plutôt que c'est de la défiance non ? Comment from Pedro ABRANTES: Ce que vous proposez est juste mais impossible à mettre en oeuvre. Cela supposerai une capacité des gens à regarder le code des applications utilisées. C'est techniquement impossible à faire. Comment from Pedro ABRANTES: A+ tard Comment from Karine Durand-Garçon: @+ Comment from Arnaud DERATHE: En gros la clé c'est la transparence : qui détient l'information et qu'est-ce qu'il en fait, c'est vrai pour google ou FB, c'est vrai aussi pour un RSE Comment from Karine Durand-Garçon: pas possible d'ouvrir toutes ces infos, il y a trop d'information nominatives dans les logs Comment from Arnaud DERATHE: google est transparent, il te dit tout ce qu'il te "vole" et comment il le revend ! seulement le service est suffisamment bon pour que tu accepte cette réutilisation des données en compensation de l'usage que tu en fait Comment from Karine Durand-Garçon: des fois il faut aussi cacher des choses pour protéger des attaques d'un salarié contre un autre Comment from Karine Durand-Garçon: une TPE ne pense pas à faire ce genre de réunion, pas le temps, il y trop de pression opérationnelle dans une TPE Comment from Karine Durand-Garçon: remarque c'est ce que tu dis Comment from Pedro ABRANTES: Pour la génération des comptes-rendus les bases multi-dimentionnelles doivent prendre en charge la génération automatique. Comment from Pedro ABRANTES: Les réseaux ont toujours existé. Mais c'était soit individuel et lié à la personnalité des acteurs. Soit lié à des clubs et associations. Comment from Pedro ABRANTES: Les réseaux c'est comme le cerveau. Il se crée des connexions chaque fois qu'il y a un nouveau besoin. Comment from Pedro ABRANTES: Ce n'est pas vrai. On va chercher des compétences à l'extérieur pour absorber dans son entreprise les bonnes pratiques et les réseaux des autres. Ce n'est pas nouveau. Comment from Karine Durand-Garçon: parce que personne n'est prophète en son pays Comment from Pedro ABRANTES: Plus rapidement. Le réseau ce sont des accélérateurs pour trouver plus vite une solution. Comment from Pedro ABRANTES: parce que personne ne peut prétendre à tout résoudre seul. Comment from Karine Durand-Garçon: faut-il nécessairement essayer de prévoir ? Comment from Karine Durand-Garçon: de contrôler ? Comment from Pedro ABRANTES: Oui pour comparer avec la réalité une fois que c'est fait et modifier le cap Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] Frederic Comment from Pedro ABRANTES: Ne pas le faire c'est être tout le temps dans l'improvisation sans jamais savoir ce que cela vaut. Comment from Karine Durand-Garçon: la réalité ? Comment from Karine Durand-Garçon: Les nouveaux manageurs doivent être des surfeurs Comment from Pedro ABRANTES: La réalité = ce qui se passe dans le monde réel. Qui souvent est loin de notre vision idyllique. Comment from Karine Durand-Garçon: accompagner les vagues plutôt que d'essayer des les former Comment from Karine Durand-Garçon: c'est quoi le monde réel ? Comment from Pedro ABRANTES: Les former ce serait l'idéal. C'est plutôt que de les contrer. Comment from Karine Durand-Garçon: merci Fred !! :) Comment from Karine Durand-Garçon: je rougis Comment from Pedro ABRANTES: Merci Fred tu as résumé ma pensée Comment from Frédéric BASCUNANA: ;-) Comment from Pedro ABRANTES: C'est surtout qu'ils ne souhaitent pas investir dans ce mode de communication qui ne les touchent pas Comment from Pedro ABRANTES: J'ai vu des manager qui souhaitent inventer de nouveaux outils pour les réseaux sans jamais avoir mis un pied dans ce qui existe. sans jamais avoir partager sur un réseau. Comment from Pedro ABRANTES: Ce n'est pas des cultures d'entreprise. C'est des sujets portés par des hommes Comment from Pedro ABRANTES: Moi aussi Comment from Karine Durand-Garçon: C'est bien pour cela que les dirigeants aiment le cloud Comment from Karine Durand-Garçon: ça permet de sortir des règles des DSI Comment from Karine Durand-Garçon: et aux DSI de sortir la tête haute Comment from Pedro ABRANTES: J'ai vu des intranet ou extranet qui ne sont utilisés QUE par 20% de la cible car ils ne répondent pas aux besoins des utilisateurs. Comment from Karine Durand-Garçon: mais faire une cible a-t-il un sens ? Comment from Pedro ABRANTES: Offrez des solutions aux utilisateurs au travers des réseaux et vous verrez qu'ils y viendront Comment from Karine Durand-Garçon: perdre des utilisateurs n'est pas un echec Comment from Karine Durand-Garçon: ça devrait permettre de réajuster le projet Comment from Pedro ABRANTES: La cible c'est dire j'ai conscience que ce projet est fait pour des utilisateurs. ET de confronter l'utilisation réelle avec le service proposé. Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] Comment from : L'evolution vers une entreprise 2.0 ne peut se faire en "plaquant" les process metiers mais en repensant ces process Comment from Pedro ABRANTES: Le passage au 2.0 est l'occasion de repenser ses processus. Sinon on loupe une partie du bénéfice. Comment from Pedro ABRANTES: Les meilleurs idées viennent souvent des collaborateur et de la boite à idée. Maintenant cette boite est électronique. Comment from : plus qu'electronique, cette boite est participative... Comment from Pedro ABRANTES: Sharepoint est une boite à outil. Ce n'est pas une solution en soit ... elle est en devenir. Comment from Pedro ABRANTES: Oui Olivier : COLLABORATIVE Comment from Pedro ABRANTES: Les meilleurs tuyaux ne sont pas dans le SI mais chez les copains. Le réseau des commerciaux leur permet de gagner ou passer à côté de business. Comment from Karine Durand-Garçon: oui les lobby ! Les RS accélèrent la formation des lobby c'est intéressant ça Comment from : Le savoir etre/faire n'est pas dans le process...mais dans la connaissance des collaborateurs Comment from Pedro ABRANTES: NON le lobby a toujours existé. On essai juste d'amplifier le mouvement et d'extraire des humains leur réseau pour en faire la propriété de l'entreprise mais c'est juste impossible. Comment from Pedro ABRANTES: Il faisait surtout face à Lotus Notes Comment from Karine Durand-Garçon: ok Comment from Karine Durand-Garçon: Pedro : qu'est ce qu'une entreprise 2.0 pour toi ? Comment from Pedro ABRANTES: @ Olivier la dématérialisation des processus permet de sortir ce savoir des collaborateurs et de l'introduire dans le processus online. Comment from Pedro ABRANTES: E 2.0 n'a pas de sens pour moi. C'est juste un moyen marketing de mettre un nom sur des pratiques liées à l'utilisation des moyens techniques apportés par internet au sens large. Comment from Karine Durand-Garçon: pas de son ici Comment from : @Pedro, entendez vouspar les processus online = conversations"? Comment from Pedro ABRANTES: J'essaie de faire la différence entre outils, pratique et besoins exprimés ou pas. Comment from Pedro ABRANTES: plutôt transaction. Qui peut contenir des conversations mais c'est accessoire. Comment from Pedro ABRANTES: Pas de son non plus Comment from Pedro ABRANTES: Ce n'est pas encore lancé Fred arrive seulement. Comment from Karine Durand-Garçon: ok Comment from Karine Durand-Garçon: ouch bonne question Comment from Pedro ABRANTES: KM échec à cause des solutions. Le KM a toujours existé et perdure. Il est le fait des hommes et de leur volonté de partager. Comment from Karine Durand-Garçon: et de leur volonté de conserver et transmettre Comment from Pedro ABRANTES: conserver, transmettre et améliorer est un besoin de base des organismes Comment from Karine Durand-Garçon: alors pourquoi le KM n'a pas marché ? Comment from Karine Durand-Garçon: si le besoin était si fort ? Comment from Arnaud DERATHE: C'est la conservation qui est (peut-être) remise en cause (information rapidement périssable, volume d'information important = budget pour stockage et difficulté d'accès à l'information...) Comment from Pedro ABRANTES: Évolution de l'entreprise : Producteur, commerçant, contrôleur de gestion et enfin agile. Donc amélioration de la connaissance pour le pérennisation. L'état suivant est l'entreprise éclaté (en partie sous traité) cela deviendra encore plus critique. Comment from Pedro ABRANTES: Qui détient la connaissance ? Qui peut apporter de l'aide aux autres et qui le front naturellement ? Comment from Pedro ABRANTES: Mais attention ce n'est pas le monde des bisounours le partage n'est pas toujours évident pour tous car encore beaucoup de collaborateur pensent que détention d'informations équivaut à pouvoir Comment from : Le partage n'est pas evident car pas pris en compte dans la reconnaissance (évaluation) du collaborateur. Comment from Pedro ABRANTES: L'expertise c'est la capacité à agréger des données pour faire émerger de nouvelle idées. Comment from Karine Durand-Garçon: une réponse qui correspond à un contexte donné Comment from Karine Durand-Garçon: qui n'est pas forcément capturé en ligne Comment from Karine Durand-Garçon: il faut que copier ne soit plus un tabou Comment from Pedro ABRANTES: Un gros problème est d'identifier les bonnes données et les bonnes solutions. Comment from Karine Durand-Garçon: même débat sur internet au sujet du copyright Comment from Pedro ABRANTES: C'est une question de formation. Les universitaires ont le réflexe de faire un lien vers la source initiale et cette capacité d'agréger. Comment from : Usages 2.0 permettent d'identifier bonne données et bonnes solutions car peuvent etre validée rapidement et facilement par le plus grand nombre Comment from Karine Durand-Garçon: c'est pas une question d'outils mais une question d'ethique Comment from Pedro ABRANTES: Regardez ce que fait l'armée qui met en valeur les idées internes via des campagnes de création d'améliorations. Comment from Karine Durand-Garçon: Celui qui pique une idée sans se rappeler ou de citer ses sources ne va pas faire long feu dans une organisation en réseau Comment from Pedro ABRANTES: Plus que d'éthique c'est du savoir vivre et de l’honnêteté intellectuelle. Comment from Karine Durand-Garçon: il sera vite mis à l'écart Comment from Karine Durand-Garçon: oui c'est de la morale mise en pratique Comment from Pedro ABRANTES: Pourtant on connais autour de nous tout plein de FAISEURS qui profitent des idées des autres et se les appropries. Les manager sont souvent complaisants. Comment from Karine Durand-Garçon: faut-il les jalouser les faiseurs. A mon avis non, ils ont un gros problème d'ego Comment from NH: :-) Comment from Frédéric BASCUNANA: ah natacha ;-) Comment from NH: Yes, démasquée! Comment from Pedro ABRANTES: Cela pose la question de la modération. A priori ou à postériori ?Peut-on tout laisser faire dans un réseau de partage. Comment from Karine Durand-Garçon: oui tout Comment from Pedro ABRANTES: ET le résultat. Que fait-on de ce que je place dans cet espace ? Comment from NH: On n'entend plus rien, c'est frustrant! Comment from Pedro ABRANTES: Comme toujours. Comment from NH: bon alors pause café! Comment from Karine Durand-Garçon: et oui, bonne question, le droit à l'oubli, le droit de demander que les contributions soit anonymisés lors d'un départ de l'entreprise... Comment from : @Karine : la législation impose que les contributions soit anonymisés lors d'un depart d'un salarié Comment from Karine Durand-Garçon: ok Comment from : dsl pour conjugaison :-). hello NH Comment from Karine Durand-Garçon: je ne savais pas qu'il y avait une législation dans ce domaine. tu as des références ? Comment from Frédéric BASCUNANA: excellent point ça ! Comment from : pas de reference particulière a part info donnée par des juristes liés à certains projets 2.0 Comment from Frédéric BASCUNANA: euh, Karine, je ne sais si l'on pourra te garder dans ce tchat si tu fais des fautes d'orthographe hein Comment from Karine Durand-Garçon: zut ;) Comment from Frédéric BASCUNANA: ;-)nous reprenons le live dans 1 minute ! Comment from Karine Durand-Garçon: off : nous sommes quelquefois interrompu par une pub... ahem... surprenante :D Comment from Pedro ABRANTES: Cette pensée est celle de ceux qui n'ont jamais entendu parle de Hub de communication Comment from Karine Durand-Garçon: Hub de communication ? quoi qu'est ce ? Comment from Pedro ABRANTES: En 1996, j'ai travailler sur un projet pour un brasseur qui mettait en place un social CRM sans le nommer. Comment from Karine Durand-Garçon: dans le domaine IT on est très fort pour renommer des trucs qui existent déjà Comment from Pedro ABRANTES: Lire : Le guide de l'Influence ISBN 9782212545609 Comment from Pedro ABRANTES: Fred il faut citer Hub Management Comment from Karine Durand-Garçon: "les marchés sont des conversations" (note 2 myself) Comment from Pedro ABRANTES: Et comment influencer par rapport à sa marque Comment from Frédéric BASCUNANA: ok citons le Hub MAnagement Comment from Frédéric BASCUNANA: @Karine c'est quoi cette pub ? Comment from Gregory Culpin: plutôt des micros HS :) Comment from Frédéric BASCUNANA: ;-) Comment from Karine Durand-Garçon: une pub pour des pilules qui font que tes pets sentent bons - c'est pas une blague j'te jure :) Comment from Frédéric BASCUNANA: incroyable Comment from Karine Durand-Garçon: oui incroyable Comment from Frédéric BASCUNANA: ila dit "TARA HUNT" Comment from Pedro ABRANTES: Arrêtez de le distraire. Déjà que c'est pas bien fameux ;-)) Comment from Frédéric BASCUNANA: salopard;-) Comment from Pedro ABRANTES: La légitimité vient de ce que l'on fait de notre participation. Comment from Pedro ABRANTES: Jusqu'à ce que cette communauté soit noyauté par la marque et que la communauté disparaisse Comment from Pedro ABRANTES: Ce n'est pas toujours possible. On ne peut pas mettre tous les collaborateurs en ligne. il doit y avoir un filtre obligatoire. Comment from Pedro ABRANTES: NON. On ne peut pas toujours mettre cette personne en ligne Comment from : D ou neccessite pour l'entreprise de bien savoir qui fait quoi. Notion d'experts, d'ambassadeurs... Comment from Pedro ABRANTES: On recherche dans ces espaces d'échanges du vrai, du vécu et pas des messages policés des marques Comment from : Chez Lecko maintenant ;-) Comment from Frédéric BASCUNANA: ok! Comment from Pedro ABRANTES: C'est toujours le même ?? Comment from Pedro ABRANTES: Recrutement d'interlocuteurs "autorisés" Comment from Pedro ABRANTES: On explose le frontoffice pour que ce soit les externes qui réalisent le travail et les internes qui portent la valeur ajoutée Comment from Pedro ABRANTES: Et assumer les situations réelles pour aller au delà. Comment from Pedro ABRANTES: Cela tombe bien, je recherche une société de conseil qui cherche des talents. Comment from Karine Durand-Garçon: est-ce que le social CRM c'est du crowd sourcing et de l'open innovation ? Comment from Pedro ABRANTES: NON Comment from Karine Durand-Garçon: ok Comment from : c'est pas que ca, mais comprend ces 2 notions Comment from Karine Durand-Garçon: c'est quoi alors ? Comment from Frédéric BASCUNANA: attention Karine PEdro t'a à l'oeil;-) Comment from Frédéric BASCUNANA: je vais donc reposer laquestion ! Comment from Pedro ABRANTES: Il n'y a pas forcément la volonté de créer quelque chose ensemble. Cela peut être un échange unilatéral sur un sujet. Comment from Karine Durand-Garçon: super Comment from Pedro ABRANTES: Tout homme interne ou externe détient des savoirs. Comment les utiliser pour en faire quelque chose. Comment from Karine Durand-Garçon: ça me va merci :) Comment from Pedro ABRANTES: Un peu limitatif aux seuls clients. Il faut l'ouvrir à 360° par rapport à l'entreprise Comment from Karine Durand-Garçon: houla on entre dans la science fiction Comment from Pedro ABRANTES: C'est bien une agrégation d'informations qui permet de faire de bonnes choses Comment from Flore Mignard: oui, fournisseurs, concurrents, universités... je suis d'accord ! Comment from Pedro ABRANTES: C'est pas faux. Mais il faut le rappeler Comment from Frédéric BASCUNANA: ;-) Comment from Claude Super: C'est déjà fini ,-( Comment from Karine Durand-Garçon: non ça va redémarrer Comment from Claude Super: merci Comment from Christelle Fritz: :) Comment from Pedro ABRANTES: Salut Claude, welcome Comment from Frédéric BASCUNANA: aaaah salut Christelle ;-)) Comment from Frédéric BASCUNANA: alors chers amis on y va dans 1 minute ! Comment from Christelle Fritz: ;) je vous écoute depuis ce matin mais je ne me suis connecté avec mon nom que depuis quelques minutes Comment from Frédéric BASCUNANA: lol ok Comment from Claude Super: Salut Pedro, Hello All ,-) Comment from Flore Mignard: bonjour christelle, on s'est déjà rencontrées sur paris ! Comment from Claude Super: Salut Anthony Comment from : Hello Claude, hello Christelle Comment from Claude Super: Hello Olivier, comment vas-tu? Comment from : T bien ! Comment from Frédéric BASCUNANA: bon c'est parti,pensez à twitter aussi, faites venir d'autres visteurs popur lesquestions ;-) Comment from Claude Super: ah bon ;-) Comment from Christelle Fritz: Hello Flore :) hello Olivier ;) Comment from Claude Super: Salut Antoine Comment from Christelle Fritz: (Flore de L P? ) Comment from Flore Mignard: oui Comment from Christelle Fritz: ;) Comment from Frédéric BASCUNANA: et L P c'est... ? Comment from Flore Mignard: la poste, j'ai quitté la boite depuis Comment from Karine Durand-Garçon: blanc Comment from Frédéric BASCUNANA: ah ok :-) Comment from Pedro ABRANTES: Cette culture existe depuis l'émergence de la société Toluna fin des année 90. Comment from Claude Super: tres anglo-saxon mais souvent tres contextuel et business oriented, non ? Comment from Christelle Fritz: Il faut partager pour innover mais ce n'est possible qu'avec de la confiance Comment from Pedro ABRANTES: ET moi qui passe directement au PDG. Je suis un vieux Y Comment from Claude Super: bonne idee de parler de l'éval ... Comment from Pedro ABRANTES: Les gens sont obligés d'être paranos. Car on ne peut pas faire n'importe quoi. Comment from Gregory Culpin: La Gen Y selon Antoine : http://www.postkiwi.com/images/2008/5/Gen-Y-cartoon.jpg Comment from Karine Durand-Garçon: des histoires, des histoires Comment from Flore Mignard: ça s'apprend, c'est pas inné le partage, non ? Comment from Claude Super: le y n'est pas + collaboratif, il consomme +1000 Comment from Pedro ABRANTES: Les Y sont plus consommateur que partageurs. C'est une question d'individualisme et de stress sur les postes. Comment from Karine Durand-Garçon: haha @Gregory Comment from Christelle Fritz: oui, l'école actuel freine l'apprentissage de partage. On ne doit pas copier sur la copie du voisin Comment from Pedro ABRANTES: @flore non c'est génétique. Mais cela peut-être en partie forcé Comment from Claude Super: collaborer pourquoi et pour quoi? Comment from Flore Mignard: les évaluations ne reposent que trop rarement sur le travail collectif Comment from Frédéric BASCUNANA: très bon point ;-) Comment from Flore Mignard: @pedro, génétique ? Comment from Christelle Fritz: oui cela devient une question de RH Comment from Pedro ABRANTES: oui dans l'adn de la personne que de partager. Elle le fait naturellement sans contre-partie. Comment from Claude Super: dangereux ce débat a/s de la culture, si on parlait plutot objecifs et conditions que prédispositions culturelles ou/et générationelles Comment from Christelle Fritz: @Pedro j'ai un doute... Comment from Claude Super: sympa le chocolat ....Suisse Comment from Pedro ABRANTES: Gardes en un peu pour lundi Comment from Gregory Culpin: Même pas belge?! Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] Claude Comment from Claude Super: merci Fred Comment from Frédéric BASCUNANA: on en garde pour lundi Comment from Karine Durand-Garçon: attention c'est reparti sur le culturel Comment from Christelle Fritz: (sur le sujet culturel je vous conseil: La logique de l'honneur - Gestion des entreprises et traditions nationales) Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] très bon bouquin Comment from Flore Mignard: je note, merci Comment from Pedro ABRANTES: Moi aussi Comment from Claude Super: fred, cela dépend du donneur d'ordre !!! et si on parle livrable techno, bof.... Comment from Christelle Fritz: Chaque entreprise a une maturité différente Comment from Christelle Fritz: Si vous avez des requins dans un outil collaboratif vous aurez un bain de sang peut être Comment from Claude Super: ce peut etre une stratégie Comment from Pedro ABRANTES: Le besoin a toujours existé, sous différentes formes, mais nous n'allons pas souvent au bout de l'implémentation. Comment from Pedro ABRANTES: Les requins sont un problème. C'est aux manager de gérer ces personnes. Comment from Flore Mignard: le porteur du projet doit donner le sens (entreprise 2.0 ou non d'ailleurs) Comment from Claude Super: sponsoring interne et leadership = condition necessaire mais pas suffisante Comment from Claude Super: ok avec Anthony Comment from Pedro ABRANTES: A ceci prêt qu'en partant de son besoins on doit faire un livrable unique. Car peut de solutions sont suffisamment paramétrables. Comment from Pedro ABRANTES: sponsoring interne et leadership = condition indispensable pour espérer allez à l'étape suivante Comment from Karine Durand-Garçon: c'est le même débat que tout à l'heure il me semble non ? Faut-il vraiment une cible et identifier "des besoins" ? Faut-il simplement y aller "pour voir ce que ça va donner" ? Je vote pour 2 car sur les nouveaux outils il est très difficile de prévoir les usages. Je suis convaincu qu'il faut laisser une chance à l'expérience Comment from Christelle Fritz: Oui nous devenons mercenaire dans ses conditions Comment from Claude Super: definir des objectifs permet un accompagnement clair, pertinent donc d'avancer dans les projets Comment from Flore Mignard: oui, 100% d'accord avec l'intérêt pour les collaborateurs Comment from Christelle Fritz: L'expérimentation permet l'accompagnement du changement + connaitre les vrais besoin Comment from Karine Durand-Garçon: "notre cerveau ne fonctionne pas avec des décrets" Comment from Gregory Culpin: +100 @fritz_c L'expérimentation permet l'accompagnement du changement + connaitre les vrais besoins. Comment from Karine Durand-Garçon: c'est la notion même de projet que je pense qu'il faut remettre en question Comment from Karine Durand-Garçon: Le constructivisme Comment from Pedro ABRANTES: L'envie de faire est inversement proportionnel au besoin de l'entreprise autour de ces actions Comment from Claude Super: Le grand Charles aurait dit lesFrançais sont des ...... predisposition culturelle ? Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] Fred Comment from Christelle Fritz: Les collaborateurs en ont marre d'avoir des outils qui s'empillent... parfois ils n'y croient plus Comment from Flore Mignard: la sérendipidé ? Comment from Karine Durand-Garçon: l'ordre "soyez spontanés" est une injonction paradoxale Comment from Claude Super: Franchement. les outils, tout le monde s'e f...., non ? Comment from Christelle Fritz: certaine personne aime obéir car cela rassure ... d'autre le contraire Comment from Pedro ABRANTES: Et tous les collaborateurs ne sont pas à niveau pour les utiliser Comment from Karine Durand-Garçon: C'est comme ça que la messagerie (email) est entré dans les entreprises Comment from Frédéric BASCUNANA: yes ! la sérendipidé ! Comment from Pedro ABRANTES: Il m'arrive d'en avoir marre d’essuyer les plâtres des nouveaux outils Comment from Karine Durand-Garçon: et pour les managers l'equanimité Comment from Christelle Fritz: @Pedro c'est un peu ça... mais maintenant pas mal d'outils sont mature tout de même Comment from Pedro ABRANTES: Ex : le wiki - me donne des boutons. C'est une solution moyennageuse Comment from Karine Durand-Garçon: Pedro !! Comment from Frédéric BASCUNANA: c pas un pb de maturité des outils mais c lié à la façon de les imposer non ? Comment from Christelle Fritz: hum cela dépend comment on l'utilise... les wiki confluence et xwiki sont mure tout de même avec pleins de beau usage Comment from Karine Durand-Garçon: en quel sens moyennageux ? Comment from Christelle Fritz: +1 RT @fred c pas un pb de maturité des outils mais c lié à la façon de les imposer non ? Comment from Pedro ABRANTES: Vertical et séquentiel. alors que la pensée est radial et que les recherches sont multi-thèmatiques en non linéaire. Comment from Karine Durand-Garçon: il ne faut pas que ce soit identifié comme un projet c'est tout Comment from Christelle Fritz: Les wikis de maintenant intègre aussi des blogs. Cela permet de gérer l'ordre et le "chaos" créatif Comment from Pedro ABRANTES: Ce qui me gène le plus ce n'est pas la création. c'est la récupération des infos. Qui coutent on le sait 7 fois plus que le création Comment from Flore Mignard: une taille critique d'utilisateurs nécessaire au succès visé Comment from Pedro ABRANTES: Oui entre 51% et 80% de la cible initiale Comment from Christelle Fritz: tout à fait Flore... #expérience Comment from Claude Super: rse = lieu de travail +1 Comment from Flore Mignard: bravo pour cette web tv super intéressante, je quitte à regret mais reviendrai c'est sûr. Merci à tous ! Comment from Christelle Fritz: a+ Flore à bientot j'espère en irl Comment from Christelle Fritz: lol ce n'est pas moi qui le dit c'est Pedro Comment from Flore Mignard: ok, bye. mon mail floremignard@gmail.com Comment from Christelle Fritz: (et je n'avais pas compris ce qu'il disait justement) Comment from Pedro ABRANTES: Je me considère comme un early adopter mais trop de solutions tue la volonté de l'utiliser. Comment from Gregory Culpin: @Flore Il n'est pas toujours nécessaire d'avoir une masse critique.C'est le cas pour un pur réseau social, mais par exemple un outil de social bookmarking sert d'abord l'individu avant d'être utile à la collectivité.C'est un levier d'adoption essentiel – commencer par la productivité individuelle, et le partage devient une conséquence de l'usage personnel. Comment from Pedro ABRANTES: Imaginez que vous produisiez 10 bonnes infos par jour multipliez cela par 100 collaborateurs. Retrouver cette info dans le serveur central va prendre énormément de temps. Il est considéré que cette recherche coute 7 fois plus pour la retrouver que le coût initial de création. Comment from Pedro ABRANTES: Certes mais créer une solution pour 50 000 personnes là ou vous avez une cible de plusieurs millions c'est peut-être que votre solution n'a pas répondu aux besoins. Comment from Pedro ABRANTES: Pour calculer un ROI, vous devez avoir une cible et des objectifs à atteindre Comment from Claude Super: merci du débat, bon week-end Comment from Frédéric BASCUNANA: salut claude ;-) Comment from Karine Durand-Garçon: productive ok mais dans quelles conditions ? Comment from Karine Durand-Garçon: parce qu'on peut avoir peur d'activités très chronophages et justement qui ne mènent à pas grand chose... Comment from Frédéric BASCUNANA: yep Comment from Pedro ABRANTES: c'est un vrai problème le temps Comment from Karine Durand-Garçon: le ROI de ta mère Comment from Gregory Culpin: FYI chez Lafarge sur un projet KP de 15000 collaborateurs à échelle globale, le ROI en 5 mois sont clairs: +25% de soumission de bonnes pratiques, +35% de bonnes pratiques consultées, 20% des collaborateurs connectés. Comment from Karine Durand-Garçon: ha pub Comment from Christelle Fritz: :) Comment from Gregory Culpin: je complète par des éléments factuels:) Comment from Christelle Fritz: très bon exemple Lafarge Comment from Pedro ABRANTES: C'est peu 25% de connectés. Vous en faites la pub ?? Comment from Christelle Fritz: tout le monde n'en a pas besoin Comment from Christelle Fritz: peut être Comment from Karine Durand-Garçon: quelles sont les conditions de la "productivité" sur un réseau social ? Comment from Pedro ABRANTES: La première question est avez-vous besoin de faire plus de CA ou améliorer quelque chose dans votre activité ? Comment from MOKHTAR LAMARA: Re-salut, c'est très instructif, merci pour ces débats,j'y participerai plus souvent, merci Frédéric, merci à vous tous Comment from Pedro ABRANTES: A quelle heure finirons-nous ?? Comment from Frédéric BASCUNANA: dans une heure !!encore 3 sujets ;-) Comment from Christelle Fritz: c'est un vrai marathon ce techtoc Comment from Christelle Fritz: ;) Comment from Frédéric BASCUNANA: carrément !mais c'est fun ! Comment from Frédéric BASCUNANA: on fait une pause café et le live reprend !restez on a besoin de vos excellentes contributions :-p Comment from Pedro ABRANTES: Tu fais Cosette là tout seul Comment from Frédéric BASCUNANA: merci @Mokhtar :-) Comment from Christelle Fritz: oui, c'est encore + passionnant de participer Comment from Frédéric BASCUNANA: je devrais faire plus souvent du live d'ailleurs c'est très énergisant Comment from Karine Durand-Garçon: Si les réseaux sociaux étaient aussi productifs quelles sont les raisons pour lesquelles les accès à Facebook sont interdits dans les grands groupes ? [non faut pas poser cette question sinon on va s'enliser peut-être... mais quand même] Comment from Frédéric BASCUNANA: @Karine :lol, bonne question quand même ! Comment from Pedro ABRANTES: C'est une question d'évaluation du retour sur temps passé Comment from Karine Durand-Garçon: fais les parler sur les conditions de la productivité Comment from Karine Durand-Garçon: ça m'intéresse beaucoup de savoir ce qu'ils en pensent Comment from Arnaud DERATHE: Parce qu'ils sont productifs quand les interactions sont canalisées ? Comment from Karine Durand-Garçon: parce que le but n'est pas de rassembler des utilisateurs autour d'un outil pour rassembler des utilisateurs autour d'un outil et faire en sorte que le chef de projet puisse cocher la case "projet réussi" Comment from Gregory Culpin: @Pedro Etonnamment 20% c'est estimé comme beaucoup par leurs porteurs de projet et ce qu'ils ont pu observer jusqu'à présent avec l'existant plus traditionnel, moins efficace, moins social/sexy.Après comme le dit Christelle, tous n'en ont pas besoin. On parle d'une population très hétérogène dans le secteur industriel, qui comporte aussi bien des ouvriers brésiliens que des ingénieurs français ou des marketeers américains!La métrique du nombre de connectés a p-e moins de sens à cet effet – je te l'accorde. Important néanmoins de relativiser par rapport au contexte et aux usages.Autrement oui le projet fait l'objet de campagnes de communication. Il sera présenté d'ailleurs la semaine prochaine aux Carrefours Logistiques. Comment from MOKHTAR LAMARA: @ Frédéric, faudrait faire une synthèse de toutes ces idées et en faire un livre Comment from Christelle Fritz: :) là on voit la limite du rse pur ;) car il faut ensuite penser à synthétiser et capitaliser.Ceci ce fait souvent dans un autre outil. Sauf si cet fonctionnalité est déjà prévue (ex: KP ;) ) Comment from Frédéric BASCUNANA: avec tout ce qui se dit sur une journée de plateaux comme celle-ci : en effet ! j'y pense très souvent ! Comment from MOKHTAR LAMARA: @Christelle, un peu de traçabilité ne nous retournerai pas à la préhistoire Comment from Pedro ABRANTES: @Gregory donc la cible ce n'est pas la totalité mais une partie. Il ne faut pas vouloir absolument faire entrer tout le monde dans la solution mais ceux qui en ont besoin - réellement. Les autres trouveront des raisons de l'utiliser après. Comment from Pedro ABRANTES: Cet échange est un bon exemple de mon propos de tout à l'heure sur le temps de recherche. Dans l'instant du débat retrouver un propos qui nous semblé intéressant devient handicapant. Alors que nous n'avons qu'une seule journée de débat. La même chose sur une année est simplement ingérable avec ce type d'outil séquentiel sans capacité de recherche.Suis-je plus (ou moins clair) ?? Comment from Christelle Fritz: @Mokhtar pourquoi? Chacun d'entre nous fonctionne différemment. J'ai une pensée en arborescence mais je ne nie pas que le fonctionnement majoritaire est + linéaire. Il en faut de tout pour un monde Comment from Frédéric BASCUNANA: tu es très clair et tu as raison ! Comment from Pedro ABRANTES: Essayez TheBrain ou MindManager pour illustrer la chose. Dommage que feu Kartoo n'est plus dispo. Comment from MOKHTAR LAMARA: Je pourrai peut-être poser le problème de la mémoire de l'entreprise 2.0, le Cloud a un très bel avenir Comment from Christelle Fritz: ( vive le mindmap :) ) Comment from Pedro ABRANTES: Si je puis me permettre ce n'est pas lié. On peut faire du cloud et parfaitement savoir ou sont nos données. Comment from MOKHTAR LAMARA: @ Christelle, tout à fait d'accord Comment from Gregory Culpin: @Karine il me semble très difficile d'élaborer des KPI pour en mesurer un ROI avec une approche de pur RSE.Notre expérience est p-e plus spécifique, car on s'attache plutôt à faciliter des processus de production collaborative de valeur. On l'assimile souvent à un process collaboratif de mutualisation, enrichissement et rediffusion de connaissances (e.g. de veille collaborative, r&d, etc).Dans ce type de projet, la source de gain de temps est trouvée où l'humain a peu de valeur ajoutée - dans l'opérationnel - tel que retrouver rapidement une info, retrouver et solliciter les experts concernés, la mettre en forme, la délivrer aux personnes à qui elle est utile et par qui elle est actionnable, et la capitaliser pour la rendre facilement accessible à plus long terme. Cela permet de dégager du temps pour les tâches à réelle valeur ajoutée: à savoir son interprétation, mise en perspective dans le contexte de l'organisation, la synthèse, etc.On nous remonte régulièrement des gains de l'ordre d'1 jour/semaine/homme dans des contextes de knowledge workers. Ce n'est p-e pas applicable à tout contexte, mais bon.. Comment from Pedro ABRANTES: Par contre l'entreprise à une vocation à sous-traiter certaines tâches et/ou services et la conséquence c'est la perte de la mémoire de l'entreprise. La fuite du savoir sur des ressources externes. Comment from Gregory Culpin: @Pedro effectivement pas (encore) la totalité. on reste aussi sur un projet récent. reparlons-en dans 6 mois! ;-) Comment from Pedro ABRANTES: @Gregory, je trouve que cette question mérite une étude. Comment from Pedro ABRANTES: Au plaisir de suivre cela dans le temps Comment from Christelle Fritz: hier j'écoutais Olivier Zara Sur le Management Paradoxal sur la gestion de l'ordre et du chaos organisé... c'était très intéressant Comment from Pedro ABRANTES: YESSSSSSS Comment from Karine Durand-Garçon: En fait Gregory, je ne voulais pas tant parler de ROI que de productivité dans le travail opérationnel de chacun. Quelles sont les conditions qui font qu'un réseau social est "productif" (sans parler de rentabilité au sens ROI ou d'économies de coûts salariaux). Comment from Pedro ABRANTES: Les risques sont toujours dangereux. Les diminuer par méconnaissance c'est encore pire. Comment from Karine Durand-Garçon: mais la question est hors sujet / au direct Comment from Frédéric BASCUNANA: excellente remarque :"Par contre l'entreprise à une vocation à sous-traiter certaines tâches et/ou services et la conséquence c'est la perte de la mémoire de l'entreprise. La fuite du savoir sur des ressources externes. " Comment from Pedro ABRANTES: C'est pour cela que changer lé tête d'une entreprise ou d'un projet ne suffit pas à changer la donne de la culture d'entreprise. Les cadres intermédiaires font l'entreprise. Comment from Frédéric BASCUNANA: yep Comment from Christelle Fritz: yes Comment from Pedro ABRANTES: A titre personnel on peut utiliser ces solutions. Au titre de l'entreprise cela ne peut être fait car le besoin de protection et de visibilité sur les données n'est pas naturelle pour le provider. Une nouvelle génération de solution répondra à cette question de sécurité. Comment from Karine Durand-Garçon: bien travailler = productivité - le manager doit poser cette question : est-ce que ça va être chronophage, est-ce que ça va pas disperser l'attention de mes équipes, perte de focus, trop fort engagement de l'égo / livrables à livrer... Comment from Pedro ABRANTES: Je suis entrepreneur, je ne peut pas transférer ma responsabilité sur un acteur qui n'explique pas clairement son management des données. Comment from Pedro ABRANTES: Ici on met le doigt sur l'action (naturelle) de la personne et non l'obligation de faire au travers d'un ordre. Comment from MOKHTAR LAMARA: @Frédéric, le type tombé en dépression après avoir vu son projet si complexe par souci de stratégie du patron nous remet toujours à la gestion pyramidale de l'entreprise, par contre s' il était dans une logique collaborative, son projet serait valorisé et lui éviterai tant de déboires, comme a dit Pedro, c'est les cadres intermédiares qui font l'entreprise. Comment from Pedro ABRANTES: Reconnu et utilisé par ailleurs. Sinon c'est de jeter un dès à coudre d'eau dans l'océan. Comment from Christelle Fritz: C'est plus de leadership et non de process Comment from Frédéric BASCUNANA: @Mokhtar : yep ! Comment from Pedro ABRANTES: J'ai même vu la nomination d'une personne ne faisant pas de social en charge de la communication via les réseaux sociaux sur internet. Comment from Christelle Fritz: j'ai vu la même chose pour intelligence collective... Comment from Frédéric BASCUNANA: ah ben voilà en effet : c'est presque à se demander si ce n'est pas la meilleure idée : trouver des gens éloignés des RSE pour les gérer Comment from Gregory Culpin: Bon weekend à tous et merci pour les échanges! Comment from Christelle Fritz: a bientot Grégory ;) Comment from Pedro ABRANTES: Non, parce qu'il reproduit, aujourd'hui, les erreurs que nous avons fait il y dix ans... manque de pertinence, trou dans les articles, suivi aléatoire, pas de suivi et de réponse, attentes super importantes sur les résultats alors que cela ne produit rien - pas un seul lead par ce biais Comment from Pedro ABRANTES: @Gregory, très intéressé par ton projet. Tu peux me joindre par la plateforme Techtoc pour le suivi. A bientôt Pedro Comment from Karine Durand-Garçon: quel était le problème de Breton quand il a annoncé cela ? Comment from Pedro ABRANTES: C'est possible en interne. Cela devient difficile mais pas impossible avec l'externe. Le mail est un vecteur contenant beaucoup d'information mais difficile à manipuler dans le temps. Comment from Frédéric BASCUNANA: Se faire de lapub Comment from Christelle Fritz: @Karine l'année dernière Comment from Pedro ABRANTES: Une boite email attaché avec un espace Novaxel permet de sortir l'email de sa messagerie et de le raccrocher aux projets ou dossiers clients. Comment from Karine Durand-Garçon: de la valeur organisationnelle kesako Comment from Karine Durand-Garçon: :) @Fred oui c'est peut-être pour se faire de la pub Comment from Pedro ABRANTES: J'ai vu des gens qui au bout d'une heure supprime les emails parce qu'il ne peuvent pas tout lire. Aujourd'hui 50% de la communication se fait pas tchat direct. Comment from Christelle Fritz: ( Enfin une femme sur le plateau (^_^)// ) Comment from Karine Durand-Garçon: connais tu des boites qui ont implémenté du twitter interne Pedro ? Comment from Pedro ABRANTES: non aucune. trop de risques sur la lecture des messages. Comment from Karine Durand-Garçon: cad ? quels risques ? Comment from Pedro ABRANTES: La plateforme de gestion de projet est la seule façon de suivre tous les échanges et de ne rien perdre notamment des décisions impactantes sur le projet. C'est plus simple pour la recette en fin de projet. Comment from Christelle Fritz: le twitter d'entreprise est plus yammer ou yoolink... non? Comment from Karine Durand-Garçon: zut encore la pub sur les pilules Comment from Christelle Fritz: (je deteste cette pub...) Comment from Karine Durand-Garçon: (surprenante) Comment from Karine Durand-Garçon: yammer = facebook # de twitter Comment from Pedro ABRANTES: Si la solution est hébergé ailleurs cela ouvre un risque de lecture. Tout comme les emails non cryptés sont lisibles. Pour les structures qui concourent sur des marchés internationaux cela devient vitre critique. Comment from Karine Durand-Garçon: je parlais d'un twitter-like hébergé en interne plutôt Comment from Pedro ABRANTES: J'ai même essayé le service TADEO qui permet de rédiger un compte-rendu des échanges immédiat pendant la réunion téléphonique. Les usages changes les solution évoluent. Comment from Pedro ABRANTES: @Karine, cela fait partie des solutions de gestion de projet. TeamWiewer ou Webex Comment from Karine Durand-Garçon: l'usage est donc un conséquence de l'expérience, qui elle même ne peut se faire qu'avec une plateforme disponible. Comment from Pedro ABRANTES: Je déconseille Skype, MSN ou Yahoo (publique) pour des problèmes de sécurité des informations échangées. Comment from Karine Durand-Garçon: on ne peut pas prédire vraiment en amont comment les gens vont l'utiliser Comment from Pedro ABRANTES: L'email était un couteau suisse. Comment from Pedro ABRANTES: Twitter oui mais comment tu fais lorsque tu as + de 1000 followers Comment from Pedro ABRANTES: ET uniquement sur des messages sans confidentialité Comment from Karine Durand-Garçon: comment je fais pour faire quoi ? précise Comment from Pedro ABRANTES: @Karine c'était une remarque pour nos amis sur le plateau. Comment from Arnaud DERATHE: @pedro ...en effet quand j'arrive au Bureau avec 70 mails à traiter, je le sens bien (sous la gorge!) le couteau suisse... ! Comment from : "Un bon mail est un mail mort" dixit @fcharles Comment from Karine Durand-Garçon: @Pedro elle n'en reste pas moins vague :) Comment from Arnaud DERATHE: @pedro ...en effet quand j'arrive au Bureau avec 70 mails à traiter, je le sens bien (sous la gorge!) le couteau suisse... ! Comment from Karine Durand-Garçon: lol Comment from Pedro ABRANTES: Le problème initial (pour rebondir par rapport une de tes phrases) ce n'est pas que le comportement de l'utilisateur c'est avant tout la protection interne du média. Si je l'utilise suis-je certain que ce n'est pas lu sans mon accord. Où ce qui est aussi grave : les petites lignes qui disent que tous ce que vous produisez nous appartient. Comment from Karine Durand-Garçon: attendez : pourquoi faut-il absolument fonctionner différemment ? Comment from Pedro ABRANTES: C'était pas le but des BBS à la fin des années 80 ou début 90 ?? Comment from Pedro ABRANTES: Il y a partie qui vient d'un besoin instantané de mise en commun. Comment from Karine Durand-Garçon: pas d'accord - décider rapidement c'est pas forcément bien décider Comment from : pas forcement decider mais l'information au bon moment à la bonne personne permet de raccourcir les delais et d'etre plus agile Comment from : et si bien fait, le bruit est reduit et donc la decision peut etre plus simple et plus rapide Comment from Pedro ABRANTES: On peut relativiser. Instantanéité n'apporte pas que du mieux. Faites l'effort de couper votre téléphone+FB+twitter pendant plusieurs jours vous verrez c'est très bon. Comment from Karine Durand-Garçon: terrorisme de l'instantanéité oui Comment from Pedro ABRANTES: Demandez à Mme GDF le temps qu'ils ont mis pour identifier le risque lié au contrat de distribution du gaz Russe avec les Allemands. L'information était là mais elle n'a pas été prise en compte assez rapidement. Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] pour la question Comment from Pedro ABRANTES: OUI c'est l'enfer !! Comment from Pedro ABRANTES: Au-delà de 1000 utilisateurs sur FB, même chose sur Twitter et d'autres solutions - la lecture des messages est impossible - ou sinon on y passe toute sa journée. Comment from Pedro ABRANTES: Souvent les problèmes viennent de la lecture comparée de plusieurs informations distantes sur différents sujets QUI liés donnent du sens. Comment from Karine Durand-Garçon: sur twitter c'est asymétrique tu ne suis pas tes followers tu suis des followés Comment from Christelle Fritz: Nous en revenons à la maturité de chacune entreprise Comment from Pedro ABRANTES: Il me semble qu'en volume ce qui marche le mieux sur le RSE chez Thales ou FT ce sont les petites annonces. Comment from Karine Durand-Garçon: http://www.duperrin.com/ Comment from Pedro ABRANTES: Souvent le problème lié au chef vient de l'ego du chef qui se retrouve en porte-à-faux vis-à-vis des propos tenus dans les messages. Je ne parle même pas de critiques qui sont postées en ligne. Comment from Karine Durand-Garçon: [+1] pour la question Comment from Pedro ABRANTES: C'est dommage qu'il n'y ai pas de réponse pour l'accompagnement des manager. Comment from Pedro ABRANTES: Attendre qu'il s'autoforme est une prise de risque qui le laisse seul dans son stress Comment from Christelle Fritz: Il y a le coaching... nan? Comment from Karine Durand-Garçon: Il y a peut-être une offre à monter Comment from Christelle Fritz: mais cela existe c'est du coaching de dirigeant... Comment from Christelle Fritz: c'est beaucoup de l'humain de toute façon Comment from Karine Durand-Garçon: du coaching en réseau social ? ça existe ? Comment from Pedro ABRANTES: Oui il y a une bonne dizaine d'offres qui existent Comment from Karine Durand-Garçon: remarque sûrement Comment from Christelle Fritz: C'est déjà du coaching tout court car il faut apprendre les bases du leadership collaboratif.C'est un peu apprendre l'esprit avant d'apprendre l'outil. Comment from Karine Durand-Garçon: oui c'est ça, aller voir un dirigeant et lui dire "je vais vous apprendre les bases vous allez voir" Comment from Pedro ABRANTES: Ce matin, je disais qu'il fallait revoir la formation initiale des manager Comment from Christelle Fritz: lol hum certes on ne le dit jamais ainsi cela froisse légèrement.Mais bon il est possible d'utiliser des méthodes comme celle ci : http://valeursdynamiques.be/?page_id=15 Comment from Christelle Fritz: Je vous laisse Bon we à vous Comment from Karine Durand-Garçon: merci pour ton lien Christelle Comment from Karine Durand-Garçon: A bientôt peut-être Comment from Pedro ABRANTES: Oui c'est très bien. Bon WE Comment from Karine Durand-Garçon: Merci Pedro pour ces échanges très intéressants Comment from Karine Durand-Garçon: @+ tous Comment from Pedro ABRANTES: Au plaisir d'un nouvel échange Comment from Pedro ABRANTES: Dites moi que je ne reste pas seul ?? Comment from Karine Durand-Garçon: il y a encore un sujet après ? Comment from Pedro ABRANTES: Vu qu'ils bougent encore. Je dirai oui. Comment from Karine Durand-Garçon: ce serait top que les noms s'affichent quand il y a un gros plan (note 2 Fred) Comment from Karine Durand-Garçon: le son ? Comment from Pedro ABRANTES: Pas de son ;-)) Comment from Karine Durand-Garçon: ça a l'air vachement bien ce qu'il dit Comment from Frédéric BASCUNANA: oui on fait un dernier sujet Comment from Pedro ABRANTES: Dans combien de temps ? Comment from Frédéric BASCUNANA: on est en ligne Comment from Pedro ABRANTES: C'est Off air Comment from Frédéric BASCUNANA: oups désolé,je check Comment from Frédéric BASCUNANA: en plus on arrive bientôt au bout Comment from Pedro ABRANTES: Tant pis. Comment from Frédéric BASCUNANA: désolé Comment from Pedro ABRANTES: A+ Comment from Frédéric BASCUNANA: A+ Comment from Daniel Delorge: a répondu à l'invitation : Je confirme ma participationA quelle date? Si libre, OK Comment from Frédéric BASCUNANA: A+ Comment from Steeve Bois: a répondu à l'invitation : Je voudrais bien venir, mais je ne puis confirmer avec certitude...Merci pour l'invitation.Particulièrement d'actualité, je regarderai en streaming live.Steeve