Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Ressources Humaines
et Management
Business and
professional markets
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
#CriticalThinking  : c’est un tag que j’emploie souvent sur Linkedin , c’est aussi un film (eh oui, cf. l’affiche en illustration, vous me direz ce que ça vaut pour ceux qui l’ont vu ;)), ce sont aussi beaucoup de publications, c’est considéré comme un "softskill" (en vogue) - et c’est aussi une initiative que je lance modestement. L’esprit critique peut-il, doit-il faire l’objet d’un effort promotionnel ? Est-ce autant une démarche citoyenne, collective, qu’un cheminement intime, qu’une aspiration toute personnelle ? Et puisqu’il s’agit de l’objet de ce billet en forme d’invitation amicale : pourquoi susciter l’émergence d’un collectif réunissant des gens très différents pour promouvoir l’esprit critique ? Après tout : n’y a-t-il pas déjà une offre pléthorique dans ce domaine ? Publications, instituts, conférences, formations… Cela inciterait-il à penser qu’il existe une variété d’approches ? Que la notion même d’esprit critique ne fasse pas vraiment l’unanimité ? Qu’elle est toute relative, en somme ? - Un comble dans une démarche de rationalisation, si elle n’est pas en mesure de délivrer une promesse d’universalité, non ? Nous souhaitons en effet voir émerger un groupe convivial, altruiste (du moins juste ce qu’il faut pour gommer l’excès de quant-à-soi), et surtout caractérisé par son humilité : de celle qui est indispensable quand on souhaite apprendre à nuancer son propos, éventuellement même, le reconsidérer, s’accorder le droit (ou peut-être plutôt s’imposer le devoir) d’avoir tort.     Nous y souhaitons une grande diversité cognitive et par voie de conséquence, du débat. Du désaccord, de la controverse, des frictions - mais à la stricte condition d’une dialectique qui construit plus qu’elle ne dénigre, qui grandit plus qu’elle n’épuise, qui ouvre plus qu’elle n’enferme. Une démarche qui délivre, nous l’espérons, un enrichissement mutuel, une déstabilisation au sens le plus noble du terme (lorsqu’on change de prisme), une possibilité de convergence et d’écoute - de synthèse permettant de transcender sans les nier, tous clivages. Cela n’est certes possible que si l’on s’accorde sur la nécessité de (savoir, ou apprendre à) changer d’avis, de nuancer son propos, tout autant que de l’assumer avec délicatesse.   Lorsqu’il est impossible d’abdiquer une conviction, comment s’assurer a minima qu’elle ne devienne pas pour autant tyrannique, et qu’elle n’implique pas un déficit d’écoute. Nous pensons ainsi qu’il y a de la place pour d’autres initiatives dans le domaine souvent étiqueté «  #CriticalThinking  », pour une raison principale :   Le message est parfois porté par un académisme qui tend, subrepticement, à le confisquer par intimidation (la cuistrerie involontaire et compulsive des intellectuels primés), à le contingenter aux sachants médiatiques et finalement, à en faire une argument prétexte à brimade indirecte, fallacieuse. Comme s’il y avait d’un côté ceux qui peuvent pleinement exercer le droit de penser, et de l’autre ceux que l’on en considère indignes.  L’esprit critique est pourtant démultiplié, nombreuses études scientifiques à l’appui, par l’intelligence collective (la diversité cognitive) : mais c’est une gymnastique complexe qui exige qu’on s’entraîne. Qu’on accepte ceux qui ont encore beaucoup à apprendre : ici, c’est l’aspiration qui compte, plus encore que ce que l’on estime avoir déjà accompli, d’autant que rien n’y est totalement acquis, par définition du scepticisme salutaire supposé bousculer nos certitudes. L’orthodoxie n’y a pas sa place, si ce n’est pour être déconstruite : autant que possible, dans une atmosphère collégiale (où même l’humour, l’ironie, la dérision, et surtout l’auto-dérision auront d’ailleurs tout autant leur place que les constructions sagaces, pour dédramatiser des sujets parfois conflictuels).       Notre priorité tient ainsi dans une pratique démocratisée :   Nous allons progressivement apprendre (car tout est à faire) à optimiser le cadre de l’échange pour qu’il soit possible d’apprendre à oser s’exprimer.   Nos premières explorations vont consister en rencontres (virtualisées) sur ClubHouse. Les prochaines dates sont précisées dans ce groupe sur ClubHouse (près de 500 membres) :   https://www.clubhouse.com/club/criticalthinking   Pensez aussi à suivre le canal sur Telegram Messenger :     Le canal c’est une URL que vous pouvez partager (il démarre tout juste):   https://t.me/CriticalThinkingBoard      (New)     Objectif de nos premiers échanges :   Vous entendre sur ce que vous voudriez être une initiative pertinente, légitime ayant pour vocation de promouvoir et démocratiser la pratique collective du #CriticalThinking .     Nous allons - ensemble - évoquer ce que pourrait être une aspiration commune au travers d’un tel groupe, comment y investir rigueur (laquelle), objectifs tenables, quelles valeurs défendons-nous, pour QUOI faire etc.    Rappel des dates de lancement : Premières rencontres d’initiation :  « Esprit critique et intelligence collective »  - Lundi 30 août 20h15 - puis mercredi 1er sept 20h15 (pour vous offrir le choix : les deux sessions ayant l’exact même objectif - c’est juste pour donner deux possibilités compatibles avec un maximum d’agendas, mais les deux meetups auront bien lieu)   //Fred   PS : C’est aussi un billet Linkedin ICI ;-) pour annoncer cette initiative - si je puis me permettre de vous demander de relayer :  
All subjects with videos within this series:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : En ligne (ClubHouse + Zoom)
Format : Workshop - Webinar
Treatment : Methodology and Good practice
Webcast
notes
AUDIENCE
 

#CriticalThinking : c’est un tag que j’emploie souvent sur Linkedin, c’est aussi un film (eh oui, cf. l’affiche en illustration, vous me direz ce que ça vaut pour ceux qui l’ont vu ;)), ce sont aussi beaucoup de publications, c’est considéré comme un "softskill" (en vogue) - et c’est aussi une initiative que je lance modestement.

L’esprit critique peut-il, doit-il faire l’objet d’un effort promotionnel ? Est-ce autant une démarche citoyenne, collective, qu’un cheminement intime, qu’une aspiration toute personnelle ?

Et puisqu’il s’agit de l’objet de ce billet en forme d’invitation amicale : pourquoi susciter l’émergence d’un collectif réunissant des gens très différents pour promouvoir l’esprit critique ?

Après tout : n’y a-t-il pas déjà une offre pléthorique dans ce domaine ?

Publications, instituts, conférences, formations…

Cela inciterait-il à penser qu’il existe une variété d’approches ?

Que la notion même d’esprit critique ne fasse pas vraiment l’unanimité ? Qu’elle est toute relative, en somme ?

- Un comble dans une démarche de rationalisation, si elle n’est pas en mesure de délivrer une promesse d’universalité, non ?

Nous souhaitons en effet voir émerger un groupe convivial, altruiste (du moins juste ce qu’il faut pour gommer l’excès de quant-à-soi), et surtout caractérisé par son humilité : de celle qui est indispensable quand on souhaite apprendre à nuancer son propos, éventuellement même, le reconsidérer, s’accorder le droit (ou peut-être plutôt s’imposer le devoir) d’avoir tort. 

 

Nous y souhaitons une grande diversité cognitive et par voie de conséquence, du débat. Du désaccord, de la controverse, des frictions - mais à la stricte condition d’une dialectique qui construit plus qu’elle ne dénigre, qui grandit plus qu’elle n’épuise, qui ouvre plus qu’elle n’enferme.

Une démarche qui délivre, nous l’espérons, un enrichissement mutuel, une déstabilisation au sens le plus noble du terme (lorsqu’on change de prisme), une possibilité de convergence et d’écoute - de synthèse permettant de transcender sans les nier, tous clivages.

Cela n’est certes possible que si l’on s’accorde sur la nécessité de (savoir, ou apprendre à) changer d’avis, de nuancer son propos, tout autant que de l’assumer avec délicatesse. 

Lorsqu’il est impossible d’abdiquer une conviction, comment s’assurer a minima qu’elle ne devienne pas pour autant tyrannique, et qu’elle n’implique pas un déficit d’écoute.

Nous pensons ainsi qu’il y a de la place pour d’autres initiatives dans le domaine souvent étiqueté « #CriticalThinking », pour une raison principale : 

Le message est parfois porté par un académisme qui tend, subrepticement, à le confisquer par intimidation (la cuistrerie involontaire et compulsive des intellectuels primés), à le contingenter aux sachants médiatiques et finalement, à en faire une argument prétexte à brimade indirecte, fallacieuse. Comme s’il y avait d’un côté ceux qui peuvent pleinement exercer le droit de penser, et de l’autre ceux que l’on en considère indignes. 

L’esprit critique est pourtant démultiplié, nombreuses études scientifiques à l’appui, par l’intelligence collective (la diversité cognitive) : mais c’est une gymnastique complexe qui exige qu’on s’entraîne. Qu’on accepte ceux qui ont encore beaucoup à apprendre : ici, c’est l’aspiration qui compte, plus encore que ce que l’on estime avoir déjà accompli, d’autant que rien n’y est totalement acquis, par définition du scepticisme salutaire supposé bousculer nos certitudes.

L’orthodoxie n’y a pas sa place, si ce n’est pour être déconstruite : autant que possible, dans une atmosphère collégiale (où même l’humour, l’ironie, la dérision, et surtout l’auto-dérision auront d’ailleurs tout autant leur place que les constructions sagaces, pour dédramatiser des sujets parfois conflictuels). 

 

 

Notre priorité tient ainsi dans une pratique démocratisée : 

Nous allons progressivement apprendre (car tout est à faire) à optimiser le cadre de l’échange pour qu’il soit possible d’apprendre à oser s’exprimer.

 

Nos premières explorations vont consister en rencontres (virtualisées) sur ClubHouse.

Les prochaines dates sont précisées dans ce groupe sur ClubHouse (près de 500 membres) :

 

https://www.clubhouse.com/club/criticalthinking

 

Pensez aussi à suivre le canal sur Telegram Messenger : 

 

Le canal c’est une URL que vous pouvez partager (il démarre tout juste): 

https://t.me/CriticalThinkingBoard

    (New)

 

 

Objectif de nos premiers échanges : 

Vous entendre sur ce que vous voudriez être une initiative pertinente, légitime ayant pour vocation de promouvoir et démocratiser la pratique collective du #CriticalThinking.  

Nous allons - ensemble - évoquer ce que pourrait être une aspiration commune au travers d’un tel groupe, comment y investir rigueur (laquelle), objectifs tenables, quelles valeurs défendons-nous, pour QUOI faire etc. 

 

Rappel des dates de lancement :

Premières rencontres d’initiation : 

« Esprit critique et intelligence collective » 

- Lundi 30 août 20h15

- puis mercredi 1er sept 20h15

(pour vous offrir le choix : les deux sessions ayant l’exact même objectif - c’est juste pour donner deux possibilités compatibles avec un maximum d’agendas, mais les deux meetups auront bien lieu)

 

//Fred

 

PS : C’est aussi un billet Linkedin ICI ;-) pour annoncer cette initiative - si je puis me permettre de vous demander de relayer :

 

Ressources utiles (liste en cours) :

(ouvrages suggérés pour lecture lors de nos premiers échanges : nous avons demandé à chaque intervenant de suggérer une référence)

 

Topic brought to you by:
Loading...

For further details, see "Related subjects" tab
Share the link:
Connected subjects: