Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Aussi paradoxal que ceci puisse paraître, on prête au 2.0 et au Social Learning des vertus d'échanges, d'enrichissement d'idées par capillarité, effet de rebonds, enseignements collégiaux, nous prêtant même à penser que le social learning pourrait tout simplement remplacer les formations classiques, ou servir de mega bases de données de connaissances et d apprentissage accessibles a tous. Admettons le potentiel d intelligence collective lie a ce principe Admettons du coup qu'avec de mega moteurs de recherches sémantiques ou classiques ou devenant intelligents (Sinequa, Exalead, Watson d'Ibm...), l'enrichissement de l'information (et/ou de la formation) puisse permettre a tout le monde en temps réel de bénéficier de cette intelligence collective partagée à des coûts plus que raisonnables. que deviennent demain les formateurs classiques, les profs, les managers ? Le Web social ne va t-il pas devenir "antisocial" ou venir contrer les vertus sociales qu'on pouvait lui prêter ? Un scénario à la James Cameron (Terminator) avec l'avènement des machines ? ayant été enrichies par l'intelligence collective. Avec un raccourci grossier : le 2.0 est-il le début du commencement de la fin du social ? Le 2.0 est-il aussi magique qu'il ne peut devenir dangereux ? au point de servir d'effet de levier encore plus fort que celui attribué aux erps, que l'on a si souvent décriés pour avoir fait perdre des emplois de comptables, d'assistantes, de ressources humaines diverses. Après E=MC2 ayant engendré la Bombe Atomique,  Watson + 2.0 = ....
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (3)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Fabrice Frossard, Editialis

TechtocTV

Balises.i...
Directeur adjoint de la rédaction Editialis - Intervenant...
Victor Waknine, mozart consulting
Consultant en performance globale et capital humain, créa...
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...

Aussi paradoxal que ceci puisse paraître, on prête au 2.0 et au Social Learning des vertus d'échanges, d'enrichissement d'idées par capillarité, effet de rebonds, enseignements collégiaux, nous prêtant même à penser que le social learning pourrait tout simplement remplacer les formations classiques, ou servir de mega bases de données de connaissances et d apprentissage accessibles a tous.

Admettons le potentiel d intelligence collective lie a ce principe
Admettons du coup qu'avec de mega moteurs de recherches sémantiques ou classiques ou devenant intelligents (Sinequa, Exalead, Watson d'Ibm...), l'enrichissement de l'information (et/ou de la formation) puisse permettre a tout le monde en temps réel de bénéficier de cette intelligence collective partagée à des coûts plus que raisonnables.

que deviennent demain les formateurs classiques, les profs, les managers ?
Le Web social ne va t-il pas devenir "antisocial" ou venir contrer les vertus sociales qu'on pouvait lui prêter ?

Un scénario à la James Cameron (Terminator) avec l'avènement des machines ? ayant été enrichies par l'intelligence collective.

Avec un raccourci grossier : le 2.0 est-il le début du commencement de la fin du social ?
Le 2.0 est-il aussi magique qu'il ne peut devenir dangereux ? au point de servir d'effet de levier encore plus fort que celui attribué aux erps, que l'on a si souvent décriés pour avoir fait perdre des emplois de comptables, d'assistantes, de ressources humaines diverses.

Après E=MC2 ayant engendré la Bombe Atomique,  Watson + 2.0 = ....

Mentioned companies : IBM France    
Related expertises: 
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Victor Waknine: Et allons y encore une formulation du type "avec ma salade vous n'aurez plus mal au ventre" ou "le progrès technique est il destructeur d'emplois"?La vie avance et crée des contextes différents.La volonté au moment des specs était elle de supprimer des co^ts salariaux? comme le lean management ou les ERP par ex?amélioration de la productivité ou pollinisation des< savoirs? Comment from Frédéric POULET: "Pollinisation" tiens c'est drôle, on en revient à nos histoires de "grain(e)s" Victor :-)J'aime personnellement les poncifs, car il prêtent le flanc à la critique, et te rejoins (parfois - mais pas toujours-) d'ailleurs aussi quand tu dis à propos de graines, en filigrane de tes discussions, que tout ne finit que par être une histoire de blé :-) et que les méchants financiers finiront par diriger le monde (si ça n'est déjà fait dis tu ?) + délocalisation + Etc... ( je le traduis pour ma part par "Et Cetera" et pas "Espace Temps Cognitif" :-)))Paradoxalement, la volonté au moment des specs, (et là j'abonde dans ton sens "habituel") était une fois de plus, pour SAP et JD Edwards, de maximiser leurs propres profits et ceux de leurs propres actionnaires !Et accessoirement pour ceux qui les ont adoptés, essentiellement une consolidation facilitée du reporting financier, afin de partager beaucoup plus vite qu'avant une analyse de l'avancement de leurs Excellents Résultats Financiers avec les journalistes influençant les cours de bourse... et au demeurant, espérant au passage gratter quand même quelques overheads puisque l'amortissement de l'investissement à lui seul resterait un peu "grossier" pour ne pas y trouver de sources de ROI directes ou indirectes supplémentaires.Par contre là où je veux en venir, et je ne peux pas croire que tu ne l'aies pas vu avec ta perspicacité habituelle, c'est que ces outils adoptent une logique de gestion du P&L (et de flux financiers), mais ils ne rendent pas l'entreprise plus "intelligente". Il la rendent plus Efficace d'un point de vue Process. Ca n'est pas SAP qui a créé l'Ipad...Ces outils "travaillent" donc pour ceux qui les achètent dans un esprit de "Cost Killing" mais pas de "Booster de Turnover"La grande nouveauté quand même, c'est que grâce aux Outils 2.0, on est en train d'entrevoir la possibilité de générer du Social Learning, de travailler (enfin) grâce à des outils à l'optimisation de l'intelligence par adjonction, voire démultiplication, d'intelligences individuelles, et leur transformation en Intelligence Collective.On est en train (peut-être) d'écrire que 1+1+1 = 4 ou 5 Je me dis donc qu'on pourrait pour une fois, mettre cette équation au profit de ton IBET (Indice de Bien Etre au Travail) d'une part, mais aussi au service de la créativité, (elle-même source de CA additionnel) et by the way, au service de la Pollinisation des Savoir Faire et Savoir Etre !Sauf que l'ironie du sort est sans doute que les machines vont reprendre à elles très vite cette intelligence collective car en peu de temps, on est passé de Deep Blue qui peinait à battre Kasparov aux échecs , à Watson qui sait utiliser les moteurs sémantiques pour battre n'importe qui à Jeopardize... voire faire de l'humour...Fais attention, je vais finir par soumettre tes billets à Watson :-)Peut-être les trouvera t-il élémentaires aussi ? Comment from Victor Waknine: J'adore, rien que le fait de t'avoir sous la main me fait penser au plaisir que j'aurais eu à avoir une tronche comme la tienne dans mon équipe.Tu sais bien que pour moi le social learning c'est du 1+ 2 +3+...n = n! X n! particules cognitives. Au passage je ne t'avais pas dit que j'avais lancé le Foot 2.0 (qui fut un flop car pas de levée réussie et une bande de nazes aux manettes).Ces outils2.0 rendent l'entreprise non pas plus efficace mais plus agile, c'est surtout les métiers qui en profitent.Je préfère le "cost saving au cost killing" car ils pensent "cost with wages embedded in" quand on parle de cost killing en tout cas les ricains et les anglais.Revenons à la question comme direz Woody allen,vu que l'on connait la réponse.Tu poses 4 questions: le social learning et le 2.0 d'une part, les valeurs et l'emploi d'autre part.Pour simplifier rassemblons déjà en parlant de "social learning 2.0" on ramène à 2 questions: les valeurs et les emplois.Posons maintenant comme META hypothèse que seul l'emploi est synonyme de valeur éthique ( je te sens jubiler fort ainsi que FB, VB et CB sans oublier CD), on ramène ton système de 2 équations à 2 inconnues en 1 seule question , tjs la même : les RSE 2.0 vont ils eux aussi être une menace à l'emploi?Réponse de totor: C'est la dernière source d'emplois à venir car elle cristallise la pollinisation du cognitif, seul actif long terme des entreprises post crise de type "CACH" encore un nouveau concept de consultant (désolé on ne se refait pas), pour : "Centric Approch on Client and Human", comme quoi un seul "$" peut faire la différence.J'attends Watson V2, la V1 pas assez forte mon fils! Comment from Frédéric POULET: Merci du compliment Victor :-) C'est un Grand Plaisir d'échanger avec toi et tous les contributeurs de valeur(s) !Tu disais "pour moi le social learning c'est du 1+ 2 +3+...n = n! X n! particules" Avec ce phénomène d'accélérateur de particules, on va finir par avoir des "CERN" http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_europ%C3%A9enne_pour_la_recherche_nucl%C3%A9aireDonc le lien entre l"homme et la machine est encore démontré :-)Et si tu les soumets à Watson, et qu'il te dit que là également les Particules sont élémentaires... alors on en arrive à Houellebeck... et à de l'artistique.Là, il y a deux autres brèches : celle de l'Art, et celle de l'approche lacanienne des doubles ou triples sens des mots, que l'on avait vus jusque là uniquement en psychanalyse (avec aussi la notion de Transfert)Le 2.0 va peut-être en effet être l'Art de faire du "CACH", et il faudra (en tout cas j'espère) attendre la V2, voire la V3 de Watson pour qu'il nous refasse vraiment le portrait aussi sur le sujet ! ou l'inconscient ! Pour ma part, je vais me permettre donc d'introduire encore une autre Notion ; celle du Transfert Collectif au service de L'inconscient Collectif, et donc au service de l'Intelligence Collective ! Comment from Victor Waknine: Transfert collectif= coopération multi niveaux même sans échanger en assistant comme à la TV, à la différence que avec le 2.0 il faut lire sans écouter alors qu'à la TV il faut écouter sans lire.Quand on sait que la communication orale ne fait que 10% de la communication totale, on comprend pourquoi le livre et les journaux ont encore des beaux jours devant eux et bien sur le 2.0.J'ajouterais à ton Ttransfert Collectif la notion d' Exemple Collectif ce qui donne à la manière de Tech +TOc+TvIntelligence Collective=Espace Temps Cognitif+Coopération Collective+Inconscient Collectif+Transfert Collectif+Exemple Collectif+Réseau collectif mailléla notion de réseau collectif maillé (MESH) est très importante me semble t'il car il crée les liaisons atomiques , l'équivalent des forces électronucéaires faible et forte qui maintiennent la cohérence atomiquetu vois qu'à nous 2 seulement ce que l'on peut faire, imagine maintenant avec tous ceux qui vont nous rejoindre sur ce fil.Watson rame c'est encore loin les rivages de l'humain.tu verras qu'un jour on sera obligé d'aller prendre des notes sur ce que l'on écrit dans un RS 2.0 Comment from Vincent Berthelot: Pour revenir à la question élémentaire ;-) Je crains que ce soit un risque réel tant qu'on ne change pas de paradigme ou de lunettes pour ceux qui n'aiment pas les gros mots.Les lunettes actuelles sont de prouver que d'investir dans du 2.0 , social learning ou washing permettra un ROI tangible et donc plus de marge bénéficiaire.Puisque 1+1 = 3 c'est formidable je peux VIRER le troisième employé ! Tant que nous ne serons pas sur des lunettes plus holistiques qui permettent en parallèle du ROI d'avoir un ROSL (Return On social Link) nous resterons avec le DAGF au COMEX et le RH sur le strapontin.... Comment from Victor Waknine: oui sauf qu'il va te dire je ne suis pas payé sur le ROSL mais sur l'EBITdonc il faut viser la gouvernance et lui dire que son CEO il n'est pas allé cherché de l'EBIT qui est masqué par l'IBET et le ROSL .En améliorant ces indices vous augmentez votre EBIT et donc mettez lui un variable sur d'autres indicateurs que l'EBIT , le ROSL par ex Du coup c'est win win, l'actionnaire améliore sa rentabilité , le CEO s'interesse aux RS 2.0, les collaborateurs échangent comme des bêtes et l'IBET est au zénith. Comment from Frédéric POULET: Je suis d'accord avec vous deux, et irai même plus loin en raisonnant par l'absurde : quels que soient les indicateurs (même de bien être), dès lors que l'on cherche à les mesurer, on peut leur attribuer une Norme ou un Objectif à atteindre.Que se passera t-il si l'EBIT ou le ROSL baissent ?... Et hop, la lunette est dans le viseur :-)Une autre manière de "rendre l'approche holistique encore plus globale" serait de partir du principe que l’écosystème ne se limite pas au périmètre interne de l'entreprise... (ce qui est d'ailleurs par définition un non sens) Actionnaire(s) + Fournisseurs + Collaborateurs + Marques + Concurrence + Consommateurs = si on arrive à tous les mettre en musique, on les retrouve aussi au Zénith ? :-) Comment from Vincent Berthelot: La boucle est bouclée le RSE est RSERéseau social d'entreprise = Responsabilité sociale et environnementale Comment from Victor Waknine: Non pas forcement une info suffit: si ton IBET est de 0,65 tu sais que 35% de ta VA est perdue pour cause de mauvais climat et de défiance dans ton organisation, mais tu peux décider de t'en battre les joues, si ton EBIT et ton EVA s'améliorent surtout si tes stocks sont basées la dessus. Le pb et c'est là qu'il faut cibler l'actionnaire majoritaire, lui montrer qu'il fabrique du Badwill Social et que donc si il veut revendre ses titres l'acheteur à qui on lui à suggeré (les consultants) de faire un "audit IBET" va lui minorer son offre, du genre Valo= 10X EBIT - Goodwill social.Là il réflechit et peut être va basculer sur ces notions, peut être.Crois moi c'est déjà assez difficile avec l'interne : actionnaire, CEO, salariés alors si tu rajoutes les externalités ce n'est plus de la musique c'est du chaos;Par contre tu lui parles de marques et de consommateurs çà oui, mais la société et l'environnement RAC! pas de cela chez lui, connais pas, circulez ! ou alors va voir la Dircom responsable du green et bisounours washings. Comment from Victor Waknine: vous aviez bien sur rectifiéVALO= 10XEBIT- Badwill Socialavec Badwill Social= EBIT caché si EBIT caché>EBITen simple pour ceuw qui vont nous dire que c'est compliqué, un eentrprise qui à un EBIT de 10 Me soit 10% de son CA peut très bien avoir 11M€ de coûts cachés de désengagements divers ( absentéisme, AT/MP? turn over, grèves, contentieux, projets qui dérapent, mobilités forcées, licenciements de toutes sortes genre pour fautes sans preuves, etc)Les analystes financiers disent : tout va très bien , conforme aux prévisions, en attendant la marmite bouille , un peut comme au maghreb quoi par ex. Comment from Frédéric POULET: Du coup Victor, je rejoins quand même Vincent, car la difficulté majeure pour "gérer" (même si je sais que tu n'aimeras pas le mot) ton IBET, c'est que tu vas avoir affaire à 10 000 problématiques différentes individuelles liées au niveau de situation de chaque individu de l'entreprise. (où chacun se situe t-il sur la pyramide de Maslow ?)Et potentiellement devoir recruter un psy par salarié.Comme en négociation, si la méthode "Salami" ne marche pas ou plus, tu es obligé de raisonner en méthode "Globale" pour qu'il y ait un raisonnement et une résonance cohérentes.Et la colonne vertébrale de la méthode globale, c'est peut-être la Culture ou l'ADN de l'entreprise qui permettra, lorsqu'elle existe, et par souci Darwiniste de préserver l'espèce, d’emmener tout le monde vers le cercle vertueux. Avec des chances de régénérer les cellules individuelles. Comment from Victor Waknine: j'ai du mal me faire comprendre et ne voudrais pas trop accaparer le fil;Justement c'est pour éviter la prise en compte des situations individuelles étables qu'il faut traiter et aider par ailleurs que les indicateurs socio éco sont nécessaires.Justement gérer son IBET dans l'entreprise c'est donner au collectif l'équivalent de l'EBIT à l'actionnaire ou le cours de bourse uniquement.C'est une approche globalisante plutôt que globale car elle encapsule les objectifs et économique et socialSurtout pas faire entrer le psy dans l'entreprise cela relève de l'individu, tout l'inverse et en particulier les questionnaires neu neu qui n'évaluent absolument rien et ne servent à rien où tout du moins à rien de plus qu'une pseudo tendance à prendre avec moult précautions et surtout sans en tirer des calculs, mesures, ou évaluations. Comment from Frédéric POULET: Alors c'est moi qui sans doute mal compris la méthode de calcul, de quantification ou de valorisation de l'IBET. Comment fais tu pour savoir dans ton exemple que l'IBET se situe à 0,65 avec une marge de progrès de 0,35 ? Comment from Victor Waknine: je ne voudrais pas ennuyer nos amisvoila un premier lien et à ta dispo pour une démohttp://mozartconsulting.fr/IBET.aspx Comment from : Pour revenir à la question de départ : un emploi a du sens dans un contexte donné et pas dans un autre. Le 2.0 ne détruit pas d'emploi mais le contexte (éco, socio etc...) qui rend le 2.0 nécessaire oui. Par contre le changement de contexte crée de nouveaux métiers et c'est là le problème : la capacité de nos entreprises, institutions, établissements d'enseignement à anticiper et former à ses nouveaux métiers et faire en sorte que l'individu ne soit pas victime des changements de contexte mais y voit des opportunités.Et là je fois admettre que c'est mal engagé. Mais pas à cause du 2.0 qui n'est qu'un thermomètre qui expose au grand jour d'autres limites de nos organisations et de notre société. Comment from Frédéric POULET: Question sans doute de Prise de Conscience de la Gouvernance au sens large et du Change Management à engager en parallèle.(sans oublier de ne pas lâcher des wagons derrière les locomotives; ça va sans dire mais...) Comment from Frédéric BASCUNANA: "Un scénario à la James Cameron (Terminator) avec l'avènement des machines ? ayant été enrichies par l'intelligence collective." : eh oui, c'est ce que le Big Data va permettre !