Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Les ERP (ou PGI) sont souvent décriés et n'ont pas toujours la cote auprès des chefs d'entreprise. Un tour sur ce qu'est un ERP, ses avantages, ses inconvénients.
You can navigate through the video thanks to the interactive summary:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Speakers (4)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Thomas Andrieu, Level Informatique SARL
Level Informatique (Co-founder), Expert en SI.
Louis Naugès, Revevol
Dominique Rabeuf, XML Today - Projets SaaS / Cloud Computing<...
Explorateur du futur Web
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Les ERP (ou PGI) sont souvent décriés et n'ont pas toujours la cote auprès des chefs d'entreprise. Un tour sur ce qu'est un ERP, ses avantages, ses inconvénients.

Connected subjects:
  • Comment from Louis Naugès: Bonjour à tous ;Je vous propose de prendre une position "différente" !Et si les ERP étaient la pire des solutions pour les entreprises ? Et si les solutions "intégrées" dévaient être considérées comme un grave danger ?L'avenir, ce sont les solutions SaaS, Software as a Service, disponibles sur le "Cloud Computing". Dans le monde SaaS, les seules solutions qui ont du succès sont des solutions spécialisées, telles que :- Salesforce pour le CRM- SuccessFactors pour le pilotage des RH- Google Apps pour les usages "participatique"-...La mort des ERP, une excellente nouvelle pour les entreprises ?Cordialement,Louis NaugèsPrésident, RevevolRemarque : je ne serai pas disponible le 14 avant 18h, si vous souhaitez malgré tout que j'intervienne ! Comment from Dominique Rabeuf: EaaSEverything as a ServicePaid by EverybodyServed by NobodySupported by Else One, but Standard CompliantThis is the Magical Mystery Tour In Software Wonder Land Comment from Thomas Andrieu: @Louis :Pour être honnête Louis, tu as en face de toi, un fervent anti-SaaS people pour les entreprises dépassant les 50 salariés, un anti google au possible en sus :)Je plaide coupable ....L'idée de ce plateau est de démontrer l'intéret pour une société de passer de la gestion "à l'arrache" sur feuille Excel et partages réseau à l'usage d'un vrai soft de gestion.On ne peut pas le nier, la mise en place d'un ERP est bien souvent le prétexte à une révision des process internes, voir à la mise en place de process de fonctionnements structurants !@Dominique :Mon fauteuil ne se remet pas de ton commentaire (éclats de rires disproportionnés), je me permets de te l'emprunter pour un de mes clients :) Comment from Dominique Rabeuf: @Louis et ThomasRemettons les choses à leur placeOu encore faisons preuve de tempéranceGoogle (Cela n'engage que moi même)Pour: Son moteur de recherche - Youtube - Google AnalyticsContre: HTML5 - Google ToolKit - Hors jeu dans XMLNeutre: Sa propension à envahir avec la publicité (Question de Choix)+/-: Offre SaaS (OK pour petites structures/NIET pour les autres)Pari difficile: Android (Un Unix Like de plus) - Google WaveCloudingIntel - HP - Microsoft (et quelques autres) sont les leadersIBM - Oracle - EMC - Amazon (et beaucoup d'autres) sont les retardatairesD'autres attendent dans l'ombreLa standardisation aura la peau de tous ceux qui auront tenté de lui résisterDes poids lourds sauront s'adapter d'autres disparaîtront (dans le monde ERP par exemple)   Un leader émergent possible Pour un support de base permettant de construire des ERP légers pour des petites entreprisesMark Logic Publishing Summit User Conference 2009 Vidéo NormalisationNIEM National information Exchange ModelRecette pour choisir ou faire un bon ERPSelon le schéma de cette pageEviterNi Management - Ni Analyse - Ni Fourniture - Ni Plan - Ni Communication - Ni inventaire - Pour la collecte des comptes ils sont forts par contre /Mais c'est un abus de position dominante/ )  Répétons ensemble - Clients et Fournisseurs Unis - Face au Bouc VoleurWe want Our Money BackMon Jardin est plus petit que Rome, mais mon Pilum est plus solide que Votre Sternum(De mémoire Astérix chez les Rigolos)RemèdesGouvernance Deux-Point-Zéro            Comment from Dominique Rabeuf: ERP Wikipédia tout simplement - Excellente base (En langue anglaise)Enterprise resource planningNotons le Module manquant de référence: Les donnéesOu encore un des aspects du *aaS (TOUT comme un Service) le DaaSData as a ServiceLes données sont tout de même essentiellesDaaS, XQuery and the NoSQL MovementEt aussiPaaS - IaaS - DaaS   Comment from : Bonjour à tous,Je serai ravi de participer.L'ERP je ne suis ni pour ni contre a priori. En mode traditionnel, installé ou en mode SaaS: ce n'est pas une question de 50 employés; les grandes boites aussi ont droit à des SI de qualité ;-) Mon seul constat (et ce n'est pas vraiment original) c'est que plus les projets IT sont gros plus les échecs sont cuisants et systématiques (retards, dépassements budgétaires, inadaptation etc). Bref l'ERP comme outil de gestion sur le périmètre compta / finance par exemple, bien sûr; mais le couteau suisse de l'informatique de gestion, qui croit tout faire de la cave au plafond c'est une énormité. Quant à revoir une gouvernance interne à l'occasion de la mise en oeuvre d'un ERP (pour se plier à ses règles en fait), c'est un peu comme partir à la montagne parce que l'on a acheté des pneus neige.@Dominique: Quand tu écris "Clouding: HP, Intel, Microsoft leaders. Amazon retardataire."de quoi parles-tu? Je comprends "clouding" comme "cloud computing", mais alors l'ordre des leaders et des retardataires ne colle objectivement pas...  Comment from Dominique Rabeuf: @MatthieuMon point de vue est sous l'angle des plateformes et logiciels de base pour le Cloud Computing(En dehors de des ERP bien sûr)HP et Intel comme leaders technologiques pour le matérielMicrosoft pour ses innovations en système d'exploitation et ses offres SaaS, malgré ses tentatives comme à l'habitude de particulariser les standardsOracle prend position sur le matériel et système en se portant acquéreur de Sun tout en se mettant en mode défensif de sa base installée en imaginant devenir acteur également du Clouding et du SaaSIBM malgré une offre étoffée autour de par exemple Lotus et Websphere aura du mal à percer en dehors des grands comptesAmazon dispose de ressources importantes mais son offre de base de données est rudimentaire Un point de vue pour 2010  §3. Distributed (Cloud) Computing and Data As a Service§5. Programming and XML Trends Comment from : @DominiqueAmazon WS, une offre rudimentaire? Sans vouloir faire leur pub, outre qu'il ne s'agit pas que d'une offre de base de données (loin s'en faut), leur offre de base de données en tant que telle est plutôt frappante par son étendue:- une base non relationnelle de capacité illimitée, orientée haute scalabilité / disponibilité, particulièrement adaptée à l'indexation et à la recherche des très nombreux contenus ou enregistrement- une base relationnelle, 100% gérée par Amazon, espace quasi illimité, et basé sur MySql 5.1; classique, mais ultra accessible- un stockage clé / valeur illimité, à laauelle s'ajoute un service de "content delivery network" pour synchroniser des contenus quelconques distribués sur plusieurs zones géographiques, ainsi qu'un service de traitement parallèle en masseIl reste des trous; un service de stockage orienté business intelligence par exemple.Bref rien de "rudimentaire": des offres complémentaires pour couvrir des besoins différents, et complémentaires, justement.Pour boucler sur le sujet ERP, je ne crois pas aux outils informatiques qui prétendent tout faire: que ce soit un ERP qui couvrirait tous les besoins métiers ou que ce soit une base de données qui couvrirait tous les types de besoin de stockage. Une F1 n'est pas adaptée à la ville, et une Smart aux 24 heures du Mans ce ne serait pas très prudent.En terme d'offre Cloud, ils offrent aujourd'hui objectivement l'offre la plus complète, même si d'autres acteurs offrent des choses plus adaptés à certains besoins: Google AppEnegine, Microsoft avec Azure, Force.com de Salesforce.com, RunMyProcess, Netsuite (puisque l'on parle d'ERP) et quelques autres. Comment from Dominique Rabeuf: @MatthieuJe suis le mouvement XML y compris pour les bases de données natives XMLC'est dans le cadre du tout XML que l'on peut facilement réaliser des applications dirigées par des modèles et des schémas business ou autresLes fournisseurs de relationnel s'y mettent avec plus ou moins d'agilité et de rapidité. Néanmoins ce sont bien eux qui participent aux comités de normalisation (cf XForms/XQuery/XProc) Comment from Dominique Rabeuf: Je ne serai pas sur le plateau (25 cm de neige en Normandie sud) mais joignable par Skype ou GTalk si possible Comment from Frédéric BASCUNANA: Dominique, on va essayer de se connecter ensemble sur skype : peux-tu m'écrire dans mon mail privé avec ton pseudo skype ?le nôtre c'est techtoctv1 ou 2 - mais c'est nous qui t'appelons Comment from Dominique Rabeuf: Bon skype n'a semble t'il pas fonctionné. (dominique.rabeuf)Ici c'est grosse neige, trafic routier divisé par dix.Quelqu'un aurait il une vieille Punto 4x4 ?  Comment from Gilles Satgé: Apparemment, le débat n’a pas eu lieu pour cause d’intempéries. C’est dommage. Je l’aurai regardé avec intérêt.Les ERP, c’est un sujet potentiellement extrêmement polémique. Ça devrait plaire à Frédéric. Mais pour que les aspects polémiques (donc, les aspects intéressants) apparaissent, il faut prendre ce sujet par le bon bout. Et le bon bout, c’est le côté sociologique, mais pas le côté technique.Si je devais définir l’ERP, je dirais que c’est le système rêvé par le PDG et cauchemardé par l’employé de base.Donc, en d’autres termes, et s’il faut appeler les choses par leur nom, l’ERP, c’est l’antithèse absolue de l’entreprise 2.0.Là, déjà, on voit mieux le coté polémique !Et le pire, c’est que c’est vrai.Pour comprendre pourquoi, il faut comprendre ce qu’est un ERP, et pour cela, faire un tout petit peu de technique.Ce qui fonde un ERP, d’un point de vue technique, c’est l’unification des données. L’ERP gravite autour d’une base de données centrale qui est utilisée par tous les applicatifs qui constituent l’ERP.Cette architecture technique a un énorme avantage, elle permet de produire facilement des tableaux de bord qui seront imprimés sur papier du Japon et apportés sur un plateau d’argent au comité exécutif, lui permettant ainsi de contrôler la bonne marche de l’entreprise.Les vendeurs d’ERP l’ont bien compris, puisqu’ils se vantent de court-circuiter les interlocuteurs habituels du type DSI, DAF, directeur des opérations pour s’adresser directement aux directions générales.Donc, la logique d’un ERP, c’est une énorme machine de collecte d’information et de synthèse de cette information pour la consommation du comité de direction.Et quel est l’intérêt des utilisateurs de base dans tout ça (hormis l’intense satisfaction intellectuelle de savoir que leur entreprise bien aimée est admirablement pilotée) ? L’intérêt des utilisateurs finaux pour un ERP est tout bonnement égal à zéro. Ce qui nécessite des budgets énormes de consultants lors de la mise en place d’un ERP pour essayer de convaincre les-dits utilisateurs du contraire. On appelle ça "la gestion du changement".C’est un presque aussi bon business que les ERP. Comment from Frédéric BASCUNANA: @Gilles: un excellent article qui préfigure les conclusions que tu sembles partager : http://www.journaldunet.com/solutions/0405/040514_tribune.shtml et je rejoins en ce sens qu'il faut réfléchir désormais au mariage ERP - collaboratif pour définir des modèles plus agiles.entièrement d'accord avec toi pour donner cette profondeur-là au prochain débat que je te propose d'organiser aussitôt que possible, car l'angle sociologique est en effet de loin le plus passionnant. Comment from Jean Philippe Lambelet: easy open erp. solution pour toutes entitiés commerciales et ou associatives avec également pour un indépendantwww.1coach.ch Comment from Laurent Salsé: Etrange cette polémique qui voudrait opposer ERP et SaaS. Ou encore Google contre l'ERP. Comme s’il s’agissait de 2 concepts antinomiques !? L’ERP est un danger pour l’entreprise et le SaaS la solution à tous ses maux ?Revenons aux définitions :ERP : Enterprise Resources Planning ! La « Planification des Ressources de l’Entreprise ». Je doute fort que les entreprises qui s’en passent puissent échapper à la chute libre.SaaS : Software as a Service ! Un logiciel comme un service, c'est-à-dire à la demande. Oui mais quel logiciel ? Un logiciel de "Planification des Ressources de l’Entreprise" peut-être ?Je vous invite donc à retrouver rapidement sur la marketplace des Google Apps (n’en déplaise à certains) quelques ERP SaaS qui donneront du sens à mon propos :MyERP.com (http://bit.ly/cYl3YD), www.fitnetmanager.com (http://bit.ly/a18h09)Quand SaaS et ERP emménagent chez Google ... et y font bon ménage ! Comment from : @Laurent SaléBien entendu un ERP est un type de logiciel et le SaaS un mode de "delivery" de logiciel, donc l'un peut aller avec l'autre: d'ailleurs Netsuite montre que cela peut même avoir beaucoup de succès.En fait le débat porte plus sur la gouvernance des projets informatiques. Deux chiffres du Standish Group: environ 85% des projets informatiques hors délai, environ 30% abandonnés. Pour quiconque ayant mené des projets informatiques d'envergure ces chiffres ne sont même pas une surprise... Le constat d'échec des projets informatiques est cuisant, et surtout pour les gros projets... qui sont bien souvent des projets à base de gros ERP. Demandez aux groupes CAC40 ayant des projets SAP en cours: prévoir 3 ans de projet et n'avoir pas terminé au bout de 6 ans est le lot commun.Alors où est le lien avec le SaaS? Tout simplement le mode de delivery "as a service" induit une gouvernance différente des projets, avec une planification plus courte, un fonctionnement plus proche de l'agile, et donc un espoir de réussite des projets. Donc ce n'est pas "SaaS vs. ERP", mais plutôt "gouvernance de projets en SaaS vs. gouvernance traditionnelle symbolisée par les gros projets ERP".Ceci se traduit aussi par une différence de point de vue: est-ce qu'un gros ERP peut couvrir tous les besoins informatiques, ou préfère-t-on assembler des solutions adaptées à chaque besoin? Personnellement je ne crois pas qu'un même manteau permette de se protéger des tempêtes de sable du Sahara et de l'hiver sibérien, mais je peux me tromper...Les ERP que vous donnez en exemple ne rentrent pas vraiment dans ces problématiques, puisque, s'adressant prioritairement à des TPE et des petites PME, ils peuvent plus aisément prétendre couvrir "toutes" les activités de l'entreprise cliente, et s'intègrent dans des environnements a priori plus simples, donc plus rapidement.    Comment from Laurent Salsé: @ MatthieuEn tant qu' ex-consultant SAP (pendant 5 ans, chez Ernst & Young Fr et quelques projets réussis en bcp moins de 6 ans heureusement ;-) et nouvellement éditeur de l'une des 2 solutions ERP SaaS que je cite en exemple, j'ai apprécié avec beaucoup d'intérêt cette émission : 'un ERP pour ma boite'.Néanmoins, son titre '... la boite' évoque inévitablement une TPE et/ou PME (ma petite entreprise ;-) Du coup la notion de gouvernance de projet ERP perd un peu de son sens me semble-t-il ... et j'ai trouvé que les concepts se mélangeaient sans pouvoir vraiment éclairer le néophyte.Mais si on parle de projets ERP pharaoniens dans les grands groupes alors il est bon de rappeler une ou deux vérités :- De mémoire il me fallait 5 jours pour paramétrer UN module métier. Pas un jour de plus !o! Et si les projets duraient aussi longtemps c'est qu'il fallait 3 ans au "client final" pour exprimer son besoin. Ne nous plaignons pas :-/ c'est la formalisation de ce besoin qui faisait les choux gras du consulting dans les 90's !- Finalement les 'gros éditeurs' et leurs intégrateurs ont réagi eux-aussi et proposent maintenant des approches itératives s'appuyant sur des solutions 'métiers' pré-paramétrées (parfois en mode SaaS ;-) ; et comme le dit Louis Naugés sur le plateau TV, "quand vous avez implémenté pendant 30 ans une solution dans (presque) toutes les industries vous avez votre mot à dire sur les meilleures pratiques en terme de processus métier !!!"- Et puis il y a sans doute autant de projets de Développements Spécifiques (Web SaaS ou pas) qui sont partis dans le mur ... vous ajoutez à cela une externalisation Off Shore des développements et le cirque est complet !!!Le débat est donc sans doute là : sur la méthodologie de projet et les moyens mis en oeuvre pour implémenter avec succès une solution informatique, pas tellement sur le produit lui-même, ou sur son mode d'hébergement ... ... mais merci à TechToc.TV d'avoir donné sur son antenne une place à ce sujet épineux !à bientôt sur techtoc.tv.Laurentwww.fitnetmanager.com