Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Business and
professional markets
Ressources Humaines
et Management
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Les Cahiers Pédagogiques ont consacré un dossier d'un numéro de 2010 au sujet "Le Web 2.0 et l'école". Hubert Guillaud (rédacteur en chef d'InternetActu.net) y appelait à l'accompagnement des jeunes dans l'univers numérique, en rappelant que " l'enseignement numérique, c'est d'abord et avant tout de l'enseignement ".
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (3)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Christophe Batier, Université Claude Bernard Lyon1
Responsable Elearning Lyon1
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Les Cahiers Pédagogiques ont consacré un dossier d'un numéro de 2010 au sujet "Le Web 2.0 et l'école". Hubert Guillaud (rédacteur en chef d'InternetActu.net) y appelait à l'accompagnement des jeunes dans l'univers numérique, en rappelant que "l'enseignement numérique, c'est d'abord et avant tout de l'enseignement".
Related expertises: 
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Florence Durand-Tornare: Avec www.ecoles-internet.net nous sommes prêts à participer et relayer ! Notamment avec Educavox et notre sphère sur lesite.tv de France 5. Comment from : Un clin d'oeil de Geluck qui illustre bien le propos ! :) Comment from Patrick ZIMBARDO: trouve ce sujet : Excellent !"L'enseignement numérique, c'est d'abord et avant tout de l'enseignement ...", c'est l'enjeu des paradigmes à aborder ... le changement ne se décrète pas - il se vit et pour "l'enseignement numérique" encore plus Comment from : Bien, il faut se jeter à l'eau ! Comment from Catherine Coste: trouve ce sujet : Excellent !La France a fait le choix des grandes entreprises, et donc de la culture du secret, qui va avec. Les grands "labos" pharmaceutiques sont intéressés par des "devices" e-santé, par ex. Sanofi-Aventis France qui va commercialiser dans l'AppStore une appli "diabète", Roche et son directeur France, Yannick Pletan, qui, dans un entretien qu'il m'a accordé vendredi 1/07/2011 lors du Forum e-santé organisé à Paris par Les Echos (Innov'Tech Santé), a dit que Roche allait s'intéresser à la e-santé et non plus à la seule molécule ... La Molécule, ce Saint-Graal que les "labos" ne trouvent pas toujours ... ni toujours à temps ... et qui ne les fait plus vivre une fois que ladite molécule "tombe" dans le domaine public. Mais voilà : les grandes structures peinent à innover, c'est-à-dire à changer de métier .... Or pour vendre des appareils e-santé, les laboratoires pharmaceutiques vont devoir innover ... Ce qu'ils ne savent pas faire ... peinent à faire en ce moment ... Luc de Brabandère, fondateur du Boston Consulting Group leader sur le marché du conseil en matière d'innovation et de créativité pour les grandes entreprises (groupes multinationaux), a souligné à plusieurs reprises le caractère exceptionnel d'IBM, grand groupe qui a pourtant su innover (être créatif) : alors qu'IBM allait rater le train de l'innovation pour ses ordinateurs, son PDG a pris à part une poignée d'ingénieurs, en leur disant : "Vous allez créer les ordinateurs de demain et pour cela, surtout, ne faites pas de l'IBM ! Vous avez carte blanche ..." La créativité (ce qu'on appelle couramment l'innovation), on le voit par l'exemple d'IBM (qui aujourd'hui fait des logiciels et non plus des ordinateurs) passe par une rupture ... Ce que les grands groupes ne savent pas gérer ... Ils gèrent la continuitié (un peu plus de la même chose, en mieux, en plus joli, en mieux marketé) - non la rupture ... Le PDG d'Apple France, il y a quelque temps, avait repris cette image de "l'Empereur et des barbares" : l'Empereur, c'est cette multinationale qui risque gros à être créative, donc à rompre avec les recettes qui ont fait son succès par le passé. L'Empereur a tout et ne se remet donc pas en question, il a trop à y perdre. Le barbare, quant à lui, à tout à gagner à innover. Il veut la place de l'Empereur et n'a rien à perdre. Il peut tout tenter, tout risquer. Beaucoup de barbares s'y cassent les dents, mais il y a toujours un barbare pour renverser l'Empereur, au bout du compte ... Apple devient certes Empereur ... Mais il y a une poignée d'ingénieurs à Cupertino (Californie, siège d'Apple Inc.) qui ont carte blanche pour créer les produits de demain ... J'ai posé la question au sujet de cette volonté de rupture des labos pharmaceutiques au Boston Consulting Group (BCG, mais rien à voir avec le vaccin du même nom), en leur disant : "Vous savez que les labos pharmaceutiques, ces géants de la Molécule (médicament) veulent se mettre aux devices e-santé ? Qu'en pensez-vous ? Vont-ils vraiment le faire ?" La réponse du BCG n'a pas tardé : "Une multinationale du médicament qui se met aux devices e-santé, cela me fait penser à Sony ou Nokia qui invente l'iPhone ... Sony et Nokia, techniquement, avaient tout pour inventer l'iPhone, le projet était même dans leurs tiroirs, mais voilà, ces grosses structures peu flexibles n'ont pas inventé l'iPhone ... Apple l'a fait ..."Obstacles culturels, mentalité de corporatisme du corps médical français : il faut certes rompre avec certaines habitudes, certains "business modèles", mais qui dit e-santé dit industrialisation (continuité) ... Comment from Sitelle Birmann: trouve ce webcast : IntéressantCroisée des chemins entre tradition et nouvelles approche avec toutes les réticences que cela peut provoquer