Email     Password  
Connection | Subscription
Le réseau des web-tv collaboratives de tous les pros
Proposez vos sujets, stimulez la collaboration
Partagez votre expertise, recrutez vos clients
 
IT, Digital, IT
& Social business
Entrepreneurship, Innovation
and Research
Ressources Humaines
et Management
Business and
professional markets
Marketing,
Publicicité
Tactical and strategic decision-making functions
Trouvailles et
tendances caféinées
Economy and Society
Politoscope
Cette photo de Justin Mott m’a ému. Elle se situe à l’Ol Pejeta Conservancy (centre du Kenya). Le photo-journaliste avait appris la mort de Sudan, le tout dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, qui laissait derrière lui Fatu et Najin (toutes deux femelles), les deux dernières survivantes de la sous-espèce sur toute la planète.
Here's my feedback:
Leave me give my opinion...
Misc infos
Location : anywhere (anytime)
Format : Article
Treatment : Column
Notes
AUDIENCE
 

Cette photo de Justin Mott m’a ému. Elle se situe à l’Ol Pejeta Conservancy (centre du Kenya). Le photo-journaliste avait appris la mort de Sudan, le tout dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, qui laissait derrière lui Fatu et Najin (toutes deux femelles), les deux dernières survivantes de la sous-espèce sur toute la planète.

Zacharia est le chef soignant de Fatu et Najin, et Justin Mott a passé plusieurs semaines à documenter le lien qui l’unit à elles.

 

« Chaque jour, il se promène avec elles, leur parle, veille sur elles et sensibilise les visiteurs à leur difficile situation. Il n’est pas seulement leur soignant. Par bien des aspects, il est la voix entre elles et l’humanité. Il vit dans un campement à plusieurs heures de sa famille et travaille 21 jours de suite par mois avant de profiter de 6 jours de congés. Il passe donc plus de temps avec les rhinocéros qu’avec sa propre famille. Pour cette histoire, il était crucial de capturer ce lien intime et unique ».

 

J’aime beaucoup la démarche du photographe qui titre son œuvre par ce cri de ralliement :

 

« l’amour du monde mérite des témoins ».

 

Je n’aurais pas fait mieux.

 

Jeune papa, je suis toujours plus sensible à la disparition de ces espèces,

que mon fils ne verra peut-être jamais plus ailleurs que sur des écrans.



Commenté ailleurs : sur Linkedin

Share the link: